Alan’s cancer journey




Alan was diagnosed with cancer at age 41. In this video, he speaks about the shock of receiving his diagnosis. He and his partner, Tyler, talk about the importance of community support, including social media. Alan is a band councillor for St. Mary’s First Nation in Fredericton, New Brunswick.

“I knew my body was going to go through a medical transition and it needed to fight this cancer. So I needed to do everything to my body to make sure it was ready for it. Because my body had no idea what was about to happen. Neither did I.”

Related videos

Alan’s clips can be found in the following themes:

No related videos found.

English transcript

Interview transcript: Alan

Alan: I wasn’t like, “okay, if anything happens to me you can have all my fabulous dress shirts” or “if anything happens to me you can have all my coloured shoes” or “if anything happens to me you can have all my native jewelry,” you know it wasn’t that. I didn’t come to that. Because I was paying attention to my body, I was paying attention to the physicians, I was attending all the appointments, I was doing what the doctors told me and that’s what I was told right from the beginning was to do everything the physicians ask you to do, follow their lead and everything will be okay. It’s going to be a journey and it’s not going to be fun, but you need to get ‘er done. And that’s what was in my heart and in my mind.

My name is Alan Patrick Polchies  Jr. I was diagnosed with cancer in December of 2011. I was 41 years old. I am a band councilor for St. Mary’s First Nation which is a Maliseet Wolastoqiyik community here in Fredericton, New Brunswick.  I have a partner of almost three years. I am two-spirited, and open about it in my community, I’m just open about it personally and I have been finished treatment for 15 months now. And to date I have gone from seeing the doctors for every 3 months to every 6 months and just last week I’ve now been told that I don’t have to see the doctors until once a year now.

Tyler: I’m Tyler Nason. My partner Alan, who we call Chicky, was diagnosed with cancer in his rectum and his lymph nodes about two years ago and now is cancer free. He went through about 30 radiation treatments and 2 full weeks of chemo in St. John, New Brunswick.  It was only stage one. We had quite a road ahead of us, but at least we had a light at the end of our tunnel.

Alan: When I was told the day I was told, you know, it was something that it’s a shocker. It was a shock to know. You’re just shocked with it right? And of course I broke down because I was, you know, it was a little bit of a hurt to the heart but when I left I was composed. I was just trying to absorb it, you know, and figure out what was going to be my next steps.

Because I grew up in a First Nation community, it’s very close knit in our communities. We know one another. I’m practically related to everybody in this community one way or another. You know, to me they’re all my brothers and sisters at the end of the day, I knew I had to have a communication plan into place because of the role that I had to play in this community and I wanted them to hear it from the horse’s mouth and so what I did was that I did share it with other extended family members and some close friends and including my chief at the time.

I’m just going to drive around Polchies Court and all of the streets are named after the family names in the community and this is one of my favourite streets because it’s named after my family.

I knew I had to have a communication plan into place because of the role that I had to play in this community and I wanted them to hear it from the horse’s mouth, so to speak, and so what I did was that I did share it with other extended family members and some close friends and including my chief at the time,

Chief Candice: Alan is loved by so many here in the community and I remember when he first came and told me, I was probably one of the few that he did tell in the very beginning and I talked to him, encouraged him that as a public figure it was probably best to be honest with people and to tell them exactly what he was going through because I knew that he would get a lot of support and people would be there for him.  So I was very pleased when he did. And you know, and the support that he did receive.

Alan: It was quite moving in that Council room that night when I, you know, because it was felt it wasn’t a dry eye in the room when I announced it and it was really tough. It was tough to get it out but I did it.

Early detection and treatment

Alan:  I knew… It was something inside told me that, you know what?  I felt that it was all treatable. And I was, I knew I had to be the strong one, I was the doing the, I was the one living with this tumour inside me, and I have to deal with this health issue and the confidence of the physicians that I was dealing with gave me that confidence and I was told that because of my age that my body was, because of my age I was in a very good position. I was told when I walked away that I had a 70-75% chance that we could beat this.

Chief Candice: You know, in his case, getting it early was important. So, I mean, that’s what he expresses, that’s what he talks to people about is, you know, “get yourself checked.” You know, get checked. Excuse me. I know my father had colon. And you know, I have 6 sisters and we all, you know, we all said: “we’ve got to get this checked. We’ve got to, you know, let’s do this.” And we all made a pact and we all did it.  Getting early detection is the priority.

Alan:  I knew my body was going to go through a medical transition and it needed to fight this cancer.  So I needed to do everything to my body to make sure it was ready for it. Because my body had no idea what was about to happen. Neither did I. So I was a smoker, so I quit smoking because I know smoking, it’s when you smoke anything you do if you get a cut or anything it slows the healing process. So I automatically said I got to get rid of that because I needed to heal fast. So I got rid of that. They said your oral hygiene needs to be up to date – if you have a healthy mouth that’s going to help your body to heal fast. So I had a situation happening with a tooth – I went to the dentist and I had that taken care of immediately. They, of course, any type of social activity in terms of alcohol consumption I needed to stop that right away. I psychologically prepared myself by reaching out to my elders in the community. You know, of course I did some sweats before I went to St. John to start the process.  And sat with elders and finding the best traditional medicines that will guide me through my journey because that’s something that was important to me that I was explore because I certainly believe in my culture and the creator and the gifts that we’d been given.

Community support

Tyler: It’s hard to watch someone you love go through that, you know what I mean? It’s like one of the hardest things I think I ever had to do. The greatest thing for him was having his community behind him. I don’t think the people of St. Mary’s realize how much of a help they were to Chicky because the Facebook, and he has all of them on his Facebook, but the Facebook and the support was something that, you know, it was like a drug to him.  It made him feel like everything was okay and that everything was normal. It helped him just get away from being sick for a little while.

Alan: I found myself up late at night. With social media, I found… I mean, I of course was using social media prior to that, but I found it an excellent tool to keep in touch with my friends, keep in touch with my family because everyone was away from me and I went on there and I was stating positive quotes. I would do one every single day. I would get tons of hits every time I would throw one on there. I know they all waited for it and when I was in pain, late at night, and I felt I needed to resort to something, that’s what I turned to because it took my mind into the social media world, if you will, and to read other people’s business because everyone puts their business on Facebook… And so that’s where my mind went and it helped take the mind off what my body was going through. Whether it was for a minute or whether it was for five minutes, it still was there for me and it played a lot.

Chief Candice: Thank goodness for social media. I had many Facebook chats with him in the wee hours of the morning when he really wasn’t feeling that great. But, you know, he never, ever, publicly let on that, you know, some of the things he was going through. He always had a positive attitude. He was definitely a role model for what he was going through and I think that brought a lot of attention to cancer. And, you know, people were talking about it. And definitely he was always there to answer any questions that they, you know, did have for him. So I think that, you know, his positive outlook on life that he was going to beat it. And, you know, I know people still ask me about him and are amazed at what he’s been through.

Alan: I never put that I wasn’t having a very good day because you know what?  Every day that I woke up was a good day.  The day I wasn’t going to open my eyes would have been a bad day, but we haven’t seen that day yet and I hope we don’t see it for a long time. So that was my attitude. Open my eyes no matter what I was going to feel that day, I was alive.  And we were going to get ‘er done.

Moving forward

Alan: I never went that deep into it, other than saying,  you know I need to take care of this health issue. Other people say, oh well, you got a second chance at life. Did I really have a second chance at life? I have no idea, because I could walk across the street and get hit by a truck and I could be six feet under. You know what? Our body works in mysterious ways. So to me it was a matter of being focused on the health matter at hand and I took care of it. Do I see life differently? You know I appreciate the medicines. I’m so happy that I live in the 21st century. And I did the western medicine, the chemo, the radiation, the technology that they have today. I give thanks for all that and those external things that I did helped me spiritually, of course, because it’s all about mind, body and soul.  And if you connect those three, you connect the mind with the body and the soul with the spirit, then it can combine and it all works very well together and you need it at times because let me tell you towards the end it wasn’t fun, and I connect those three really hard together. But I did it.

End of transcript

Transcription française

Transcription de l’entrevue: Alan

Alan: Ce n’était pas moi de dire, « ok, si quelque chose m’arrive vous pouvez avoir toutes mes fabuleuses chemises habillées » ou « si quelque chose m’arrive vous pouvez avoir tous mes souliers de couleur » ou « si quelque chose m’arrive, vous pouvez avoir tous mes bijoux autochtones », vous savez que ce n’était pas ça. On n’en était pas arrivé là. Parce que je faisais attention à mon corps, je faisais attention aux médecins, j’allais à tous mes rendez-vous, je faisais ce que les médecins me disaient de faire et c’est ce qu’on m’a dit dès le début, que je devais faire tout ce que les médecins me demandaient de faire, de faire ce qu’ils disaient et que tout serait correct. Ça va être tout un cheminement, et ce ne sera pas drôle, mais il faut passer par là. Et c’est ce qui était dans mon cœur et dans mon esprit.

Je m’appelle Alan Patrick Polchies  Jr. J’ai reçu un diagnostic de cancer en décembre 2011. J’avais 41 ans. Je fais partie du conseil de bande pour la Première Nation de St Mary qui est une communauté Maliseet Wolastoqiyik ici à Fredericton au Nouveau-Brunswick.  J’ai un partenaire depuis presque trois ans. Je suis bispirituel et ouvert à ce sujet dans ma communauté. Je viens juste de l’accepter personnellement et j’ai terminé mes traitements depuis 15 mois maintenant. Et jusqu’ici, je suis passé d’aller voir les médecins tous les 3 mois à tous les 6 mois et la semaine dernière, on m’a dit que je n’avais pas besoin de voir les médecins plus d’une fois par année, maintenant.

Tyler : Je m’appelle Tyler Nason. Mon partenaire Alan, qu’on surnomme Chicky, a reçu un diagnostic de cancer du rectum et des ganglions lymphatiques il y a environ deux ans et n’a maintenant plus de cancer. Il a subi environ 30 traitements de radiothérapie et 2 semaines entières de chimio à St John au Nouveau-Brunswick. C’était seulement un cancer du premier stade. Nous avions beaucoup de chemin à parcourir, mais au moins il y avait une lumière au bout du tunnel.

Alan : Quand on me l’a dit, le jour où on me l’a dit, vous savez, ça m’a fait comme un coup de massue. C’était un choc d’apprendre cela. C’est vraiment un choc, hein? Et bien sûr, j’ai fondu en larmes parce que j’étais, euh, j’avais un peu le cœur brisé, mais quand je suis parti, je m’étais ressaisi. J’essayais juste d’absorber la nouvelle et de voir ce que serait ma prochaine étape.

Parce que j’ai grandi dans une communauté de Première Nation, c’est une communauté tissée serrée. On se connaît tous. Je suis parent avec presque tout le monde dans cette communauté, d’une façon ou d’une autre. Vous savez, pour moi, ce sont tous mes frères et mes sœurs en fin de compte; je savais que je devais avoir un plan de communication à cause du rôle que j’avais à jouer dans cette communauté et je voulais qu’ils l’entendent de ma propre bouche alors ce que j’ai fait c’est que je l’ai partagé avec d’autres membres de ma famille étendue et avec certains amis proches y compris mon chef à ce moment-là.

Je vais juste aller faire un tour autour de Polchies Court et toutes les rues portent le nom d’une famille de la communauté et c’est une de mes rues favorites parce qu’elle porte le nom de ma famille.

Je savais que je devais avoir un plan de communication à cause du rôle que j’avais à jouer dans cette communauté et je voulais qu’ils l’entendent de ma propre bouche, en quelque sorte, alors ce que j’ai fait c’est que je l’ai partagé avec d’autres membres de ma famille étendue et avec certains amis proches y compris mon chef à ce moment-là.

Chef Candice : Alan est aimé par tant de personnes ici dans la communauté et je me souviens de la première fois où il est venu et qu’il me l’a dit. J’étais probablement une des rares personnes à qui il l’a dit au tout début et je lui ai parlé, je lui ai dit pour l’encourager qu’en tant que personnalité publique, il était probablement mieux d’être franc avec les personnes et leur dire exactement ce qui se passait parce que je savais qu’il aurait beaucoup de soutien et que les gens seraient là pour lui. Alors, ça m’a vraiment fait plaisir quand il l’a fait. Et aussi le soutien qu’il a reçu.

Alan : Il y avait beaucoup d’émotion dans la salle du conseil ce soir-là quand j’ai, euh, parce que tout le monde avait les larmes aux yeux dans la pièce lorsque je l’ai annoncé et c’était très difficile. C’était difficile de le dire, mais je l’ai fait.

Détection précoce et traitement

Alan : Je savais… Il y avait quelque chose en moi qui me le disait, vous comprenez? Je sentais que c’était entièrement traitable. Et j’étais, je savais que je devais être la personne forte, j’étais la personne qui vivait avec cette tumeur en moi et je devais m’occuper de ce problème de santé et la confiance des médecins qui me soignaient m’a donné de la confiance et on m’a dit qu’à cause de l’âge de mon corps, à cause de mon âge, j’étais en très bonne position. On m’a dit quand je suis parti que j’avais 70 à 75 % de chances de pouvoir m’en tirer.

Chef Candice : En fait, dans son cas, il était important qu’on détecte ça très tôt. Alors, c’est pour ça qu’il dit aux gens, « allez vous faire examiner ». Faites les examens. Excusez-moi. Je savais que mon père avait un cancer du côlon. J’ai 6 sœurs et on se disait tous « il va falloir se faire examiner. Il faut le faire, alors allons-y. » Et nous avons tous fait un pacte et nous l’avons tous fait. Le dépistage précoce est la priorité.

Alan : Je savais que mon corps passerait par une transition médicale et qu’il avait besoin de combattre ce cancer. Alors je devais faire tout mon possible pour préparer mon corps à ce combat. Parce que mon corps n’avait aucune idée de ce qui allait se produire. Moi non plus. Alors, j’étais un fumeur, donc j’ai arrêté de fumer parce que je sais que fumer, c’est quand vous fumez que si vous vous coupez ou quoi que ce soit d’autre ça ralentit le processus de guérison. Alors, je me suis automatiquement dit que je devais me débarrasser de cela parce que je devais guérir vite. Alors je me suis débarrassé de cela. Ils disent que votre hygiène orale doit être à jour – que si vous avez une bouche en santé, cela aidera votre corps à guérir vite. Alors j’avais un problème avec une dent – Je suis allé chez le dentiste et il s’en est occupé immédiatement. Puis, évidemment, tout type d’activité sociale en termes de consommation d’alcool, je devais arrêter cela immédiatement. Je me suis préparé psychologiquement en demandant l’aide des anciens de ma communauté. Vous savez, évidemment j’ai fait des sessions de sudation avant d’aller à St John pour démarrer le processus. Et je me suis assis avec les anciens et j’ai trouvé les meilleurs médicaments traditionnels pour me guider dans mon épreuve parce que c’est quelque chose qui est important pour moi, que je devais explorer parce que je crois fermement en ma culture et au créateur et aux dons que nous avons reçus.

Soutien de la communauté

Tyler : Il est difficile de voir quelqu’un que vous aimez passer par là, vous comprenez? C’est une des choses les plus difficiles que j’ai eu à faire, je crois. Le plus important pour lui était d’avoir sa communauté derrière lui. Je ne crois pas que les gens de St Mary réalisent à quel point ils ont aidé Chicky à cause de Facebook, et tout le monde est sur son Facebook, mais le Facebook et le soutien était quelque chose, vous savez, comme une drogue pour lui. Cela lui permettait de sentir que tout était OK et que tout était normal. Cela l’a aidé juste à s’éloigner de la maladie pour un instant.

Alan : Je restais debout tard le soir. Avec les médias sociaux, j’ai trouvé… je veux dire, évidemment que j’avais utilisé les médias sociaux avant cela, mais j’ai trouvé que c’était un excellent outil pour maintenir le contact avec mes amis, maintenir le contact avec ma famille parce que tout le monde était loin de moi et j’allais là et je faisais des déclarations positives. J’en faisais une tous les jours. J’avais des tonnes de visiteurs chaque fois que j’en mettais une en ligne. Je savais qu’ils l’attendaient tous et quand j’avais mal, tard le soir, et que je sentais que j’avais besoin de me tourner vers quelque chose, c’était vers cela que je me tournais parce que cela amenait mon esprit dans le monde du média social, si vous voulez et de lire les affaires des autres parce que tout le monde met ses affaires sur Facebook… Alors, c’était là que mon esprit allait et cela aidait à oublier ce que mon corps subissait. Que ce soit pour une minute ou pour cinq minutes, c’était quand même là pour moi et ça a beaucoup aidé.

Chef Candice : Remercions le ciel pour les médias sociaux. J’ai eu plusieurs conversations Facebook avec lui dans les petites heures du matin lorsqu’il ne se sentait pas très bien. Mais, vous savez, il n’a jamais, jamais, publiquement parlé de certaines des choses qu’il devait traverser. Il a toujours eu une attitude positive. Il a définitivement été un exemple à suivre dans ce qu’il a traversé et je pense que cela a amené beaucoup d’attention sur le cancer. Et les gens en parlaient. Et définitivement, il était toujours là pour répondre à toutes les questions qu’ils voulaient lui poser. Je pense qu’il avait une attitude positive qui disait qu’il allait s’en tirer. Je connais des gens qui me demandent encore de ses nouvelles et qui sont étonnés de savoir ce qu’il a traversé.

Alan : Je n’ai jamais écrit que je ne vivais pas une bonne journée, parce que vous savez quoi?  Chaque jour où je me réveillais était une bonne journée. Le jour où je n’allais pas ouvrir mes yeux aurait été une mauvaise journée, mais nous n’avons pas encore vu ce jour et j’espère qu’on ne le verra pas avant très longtemps. C’était mon attitude. Ouvrir mes yeux, quelle que soit la façon dont je me sentirais cette journée-là, j’étais vivant. Et nous allions passer au travers.

Et pour l’avenir

Alan : Je n’ai jamais pensé plus loin que me dire que je devais m’occuper de ce problème de santé. D’autres personnes disent, ça alors, vous avez une deuxième chance dans la vie. Est-ce que j’avais vraiment une deuxième chance de vivre? Je n’en ai aucune idée, parce que je pourrais traverser la rue et me faire frapper par un camion et je serais six pieds sous terre. Vous savez quoi? Notre corps fonctionne de façon mystérieuse. Alors pour moi, il était question de mettre toute mon attention sur la question de ma santé et je m’en suis occupé. Est-ce que je vois la vie différemment? Vous savez j’apprécie les médicaments. Je suis si heureux de vivre au 21e siècle. Et j’ai fait la médecine occidentale, la chimio, la radio, la technologie qu’ils ont aujourd’hui. Je remercie le ciel pour tout cela et ces choses externes que j’ai faites m’ont aidé spirituellement, évidemment, parce que tout est une question d’esprit, de corps et d’âme. Et si vous reliez ces trois choses, vous reliez l’esprit avec le corps et l’âme avec l’esprit, alors tout peut se combiner et cela fonctionne très bien ensemble et vous en avez parfois besoin parce que laissez-moi vous dire que vers la fin ce n’était pas drôle et je connectais ces trois éléments vraiment très fort ensemble. Mais j’ai réussi.

Fin de l’entrevue

Last updated: March 20, 2017