Linda M



“I had lots of guilt, for probably two decades, and then I realized I was a 17-year-old. What would one expect? So I had to forgive myself and that was fairly intentional because I did have guilt for many years… I think stress comes out and it’s not, we’re not always honorable in that experience. And why should we be? Welcome to the human race.”

More than 30 years ago, when Linda was a teenager, her mother died from ovarian cancer.

Related Videos

Linda M’s clips can be found in the following themes:

No related videos found.

English Transcript

Interview Transcript: Linda M

My name is Linda M and 30 years ago, or plus, I was 18 when my mother died of terminal ovarian cancer. I was 17 when she was diagnosed and my brother and I were living with my mother. My parents were divorced, so it was him and I who did the best we could to support her in that final year. But it was an extremely difficult year and a painful year and a lot of strong feelings certainly were present every day.

Looking back
She went through chemotherapy. She lost her hair, and…yeah, all I remember is couch and illness and lying in bed. I mean, your brain doesn’t process the same, the same as a teenager right, as compared to an adult. I mean, that’s all I can visualize and see. And then, the last week of her life, she went into to the hospital and didn’t come out. And I think one of the things that makes me a little bit sad is that often times they recommend to have a closing conversation or… that didn’t happen and so that that was hard, I think. But, at the same time, she was fighting her battle alone, and so I think she did the best she could and she was very brave through it all. I mean you couldn’t ask for a better mother.

Grief
It was a completely confusing time. I mean, I think of it as like a globe on an axis without the axis. Like the earth was just spinning all over. And so I threw myself into the most mature form I could, but everything was a huge decision — do I live rural, do I live urban, do I go on and do grad studies, there was no one to talk to. And I think when you lose your best friend and your best friend is your mother and that’s the first funeral you ever go to — it’s grief overload. So it was a lonely and isolating time. And I think for a teenager — very few teenagers have parents who are palliative — and it’s very hard on them because no matter how mature they are it’s too much to cope with. And they really need to have their own place to talk and to be angry and depressed and, yeah, there’s lots of guilt. I wasn’t always the best kid. Like, right, you get angry when you get tired of seeing someone sick and nauseous and bile and all those horrible things and you do the best you can but there’s a lot of guilt. And I had to process that too and forgive myself.

Outside support
You get support from other people but it’s time-limited and they do expect you to sort of carry on. So, I think that one of my favourite gurus of grief says get support now and always. Like it’s never ending when you need support. And I think that’s really important to remember that. It’s a life-altering experience. And any life-altering experience requires processing, you know, on an ongoing basis. So I think I’ve done the work that I can and I feel as good as I can. And I’ve tried to reach out to people who are in the same experience. I’ve also come to the conclusion that if someone had said to me, ‘Linda, you’re doing as well as anyone could, but you know what, I’d like you to talk to someone just to make sure that’s true.’ That probably is the only way I might have talked to a counselor because I needed people to know I was strong and that I wasn’t weak. There isn’t too many people who go through what we did at that age, so I didn’t want to be pitied but I would have been supported. I think we have to be fairly assertive with young people and at least try to knock at their door and say, ‘You know what, don’t keep it inside because one way or another, it’s coming out.’

My mother’s decision
I didn’t know until the end she was actually, the very end, that she was going to die. She hadn’t told us that it was terminal. And I actually am thankful for that because I think it would have been a very difficult year made more difficult. Because what do you do with that when you don’t have a lot of close support around? How do you as a young adult be told your parent, your best friend, is dying? And you’re supposed to process that? So I think she made the decision to let nature unfold as it should and I’m actually thankful for that. I think it was a protective factor and we had dealt with it when we needed to.

Just a teenager
What does a teenager do? How do you talk about cancer? I don’t know how one does that readily. People didn’t do that then. I don’t remember us doing a lot of support but doing the best we could. Teenagers don’t, even older ones, don’t know what to do. They really don’t. They’re… the adolescent brain, they say, doesn’t stop growing till age 21. At 18 you’re really still, or 17 what I was, barely, um you…it’s information overload. It’s not looked at like an adult would. How could we be supportive to her? What should we be doing? You’re just a teenager at the end of the day.

Forgiveness
I had lots of guilt, for probably two decades, and then I realized I was a 17 year old. What would one expect? So I had to forgive myself and that was fairly intentional because I did have guilt for many years. Because it’s not pleasant to be around cancer all of the time. It’s not an attractive disease and I think stress comes out and it’s not, we’re not always honorable in that experience. And why should we be? Welcome to the human race. So, yeah, forgiveness is very important and not everyone does it.

My comfort
My mother died two months after my high school graduation and for my graduation she gave me a book of poetry. And after she died I didn’t appreciate poetry. I think it was her way of providing healing when she knew she wouldn’t be here. And in that book I found a poem called What Is Onced Loved and it’s by Elizabeth Coatsworth and it’s very short. But it became a way of keeping her with me and it goes like this: “What is once loved is always yours from that day. Take it home in your heart and nothing ever can take it away.” And that’s it. And it’s my comfort.

End of Transcript

Transcription française

Transcription de l’entrevue: Linda M

Je m’appelle Linda M. Il y a un peu plus de 30 ans, j’avais 18 ans quand ma mère a été emportée par un cancer terminal des ovaires. J’avais 17 ans quand elle a reçu son diagnostic, et mon frère et moi vivions avec elle. Comme mes parents étaient divorcés, mon frère et moi avons fait du mieux que nous pouvions pour l’aider pendant sa dernière année. Mais cette année a été extrêmement difficile et éprouvante, et nous vivions beaucoup d’émotions intenses chaque jour.

En rétrospective
Elle a subi de la chimiothérapie. Elle a perdu ses cheveux, et… oui, tout ce dont je me souviens, c’est du divan, de la maladie et de la voir rester au lit. Je veux dire, le cerveau d’une adolescente ne traite pas l’information de la même façon que celui d’une adulte, n’est-ce pas? C’est tout ce que j’arrive à visualiser, à voir. Puis, pendant la dernière semaine de sa vie, ma mère a été admise à l’hôpital et n’en est pas ressortie. Et je crois que l’une des choses qui m’attriste un peu c’est que, souvent, on dit qu’il est bon d’avoir une dernière conversation, ou… et ça n’a pas eu lieu et ça, c’était difficile, je crois. Mais, en même temps, elle menait seule son combat et je crois qu’elle a fait du mieux qu’elle pouvait et s’est montrée très brave dans tout ça. Vraiment, je n’aurais pas pu avoir une meilleure mère.

Deuil
C’était une période complètement déroutante. Je veux dire, je la compare à un globe terrestre qui aurait perdu son axe. Comme si la Terre tournait dans tous les sens. Alors, j’ai tenté d’être aussi mature que possible, mais chaque décision semblait lourde de conséquences — décider de vivre à la campagne ou en ville, décider de faire des études supérieures. Je n’avais personne à qui parler. Et je crois que, comme je perdais ma meilleure amie et que cette meilleure amie était ma mère, et que c’était les premières funérailles auxquelles j’assistais — c’était tout simplement trop de chagrin. C’était donc une période où j’étais seule et isolée. Et je crois que, pour une adolescente — très peu d’adolescents ont des parents aux soins palliatifs — c’est très difficile, parce que peu importe à quel point on est mature, c’est un poids trop lourd à porter. À l’adolescence, on a vraiment besoin d’avoir son propre espace pour parler, être en colère et déprimée et, oui, il y avait beaucoup de culpabilité. Je n’étais pas toujours facile à vivre. Par exemple, je me fâchais parce que j’étais fatiguée de voir une personne malade, nauséeuse et de mauvaise humeur, et toutes ces choses horribles; je faisais du mieux que je pouvais, mais je ressentais beaucoup de culpabilité. J’ai dû réfléchir à tout cela et me pardonner.

Soutien de l’extérieur
On reçoit du soutien d’autres personnes, mais pour une période limitée, et ces personnes s’attendent à ce que l’on continue d’assumer les responsabilités. Je pense que l’un des gourous du deuil que je préfère a dit qu’il faut se trouver du soutien maintenant et pour toujours. Le besoin de soutien ne prend jamais fin. Je crois que c’est vraiment important de s’en souvenir. C’est une expérience qui change une vie. Et pour toute expérience de ce genre, il faut faire des ajustements de temps à autre. Alors, je crois que j’ai fait le travail que je pouvais faire, et je suis aussi satisfaite de moi-même que possible. Et j’ai essayé de tendre une main secourable à des personnes qui ont vécu la même chose. Je suis arrivée à la conclusion que si quelqu’un m’avait dit : « Linda, tu te portes aussi bien que n’importe qui d’autre dans cette situation, mais, tu sais quoi, j’aimerais que tu consultes quelqu’un juste pour que nous soyons sûrs que c’est le cas », c’est probablement seulement de cette façon que j’aurais parlé à un conseiller, parce que j’avais besoin que les gens sachent que j’étais forte et que je n’étais pas faible. Il n’y a pas beaucoup de personnes qui vivent ce que nous avons vécu à cet âge-là, alors je ne voulais pas être prise en pitié, mais j’aurais aimé avoir du soutien. Je crois qu’il ne faut pas avoir peur d’approcher les jeunes, ou au moins d’essayer d’aller les voir et de leur dire : « Ne garde pas ça pour toi, parce que, d’une façon ou d’une autre, il faut que ça sorte. »

La décision de ma mère
Jusqu’à la fin, jusqu’à la toute fin, je ne savais pas qu’elle allait mourir. Elle ne nous avait pas dit que son cancer était terminal. En fait, je lui en suis reconnaissante, parce que je crois que cette année difficile aurait été encore plus difficile. Que fait-on quand on a très peu de soutien autour de soi? Que peut faire une jeune adulte quand sa mère, sa meilleure amie, est mourante? Est-on censé comprendre cela? Alors, je crois qu’elle a décidé de laisser la nature suivre son cours et je l’en remercie. Je crois que c’était pour nous protéger, et nous avons vécu cela en temps et lieu.

Juste une adolescente
Que peut faire une adolescente? Comment parle-t-on du cancer? Je ne sais pas comment quelqu’un peut le faire aisément. Les gens ne faisaient pas cela à l’époque. Autant que je me rappelle, nous ne nous donnions pas beaucoup de soutien, mais nous faisions du mieux que nous pouvions. Les adolescents, même les plus âgés, ne savent pas quoi faire. Vraiment pas. Ils sont… le cerveau de l’adolescent, dit-on, finit de se développer à 21 ans. À 18 ans, on est encore, ou à 17 ans, l’âge que j’avais, on… c’est trop d’information. On ne voit pas la situation comme un adulte la verrait. Comment pouvions-nous lui apporter du soutien? Que devions-nous faire? Au bout du compte, nous n’étions que des adolescents.

Pardon
Je me suis sentie très coupable, pendant probablement 20 ans, puis j’ai compris que j’avais 17 ans. À quoi peut-on s’attendre? Alors, j’ai dû me pardonner et je l’ai fait de façon plutôt consciente, parce que je vivais avec ce sentiment de culpabilité depuis de nombreuses années. Ce n’est pas agréable de vivre avec le cancer tous les jours. Ce n’est pas une maladie attrayante, et je crois que le stress se fait sentir et ce n’est pas… nous ne sommes pas toujours à notre meilleur. Et pourquoi le serions-nous? C’est la nature humaine! Alors, oui, le pardon est très important, et ce n’est pas tout le monde qui arrive à se pardonner.

Mon réconfort
Quand ma mère nous a quittés, j’avais terminé mon secondaire depuis deux mois. Pour la fin de mon secondaire, elle m’avait offert un livre de poésie. Après son décès, je n’aimais pas la poésie. Je crois que c’était sa façon de m’aider à guérir puisqu’elle savait qu’elle ne serait plus là. Dans ce livre, j’ai trouvé un poème intitulé What Is Onced Loved, par Elizabeth Coatsworth; il est très court. Il est devenu une façon de garder ma mère avec moi. En voici une traduction libre : « Ce que tu as un jour aimé est à toi à jamais. Garde-le dans ton coeur et rien ne pourra l’en déloger. » C’est tout. C’est mon réconfort.

Fin de l’entrevue

Last updated: January 16, 2013