Bernie



Related Videos

Bernie’s clips can be found in the following themes:

No related videos found.

English Transcript

Interview Transcript: Bernie

Oftentimes I just wanted to run away. I don’t want this no more but I mean, when you marry someone you make a commitment for a lifetime, through good and bad, and this was a bad time and I believe through the prayers of family and friends it got us through a very difficult time.

My name is Bernie McClerg. My husband Lew was diagnosed with tongue cancer, metastasized to the lymph nodes, back in September of 2006 and underwent surgery in October of 2006 and seven weeks of radiation and chemotherapy which took us to January of 2007. In May of 2007, he underwent further surgery, radical surgery lymph node dissection on the opposite side of his neck and that would be in 2007. We live 6 hours, approximately 6 hours, from Winnipeg which meant a lot of driving and it was in the wintertime.

In the Moment
When you’re dealt the news of cancer, it hits you, you don’t even think about anything else but survive. How am I going to survive, how’s he going to survive? How are we going to keep the family unit together? And, you don’t even think about what’s your life beyond that moment. I found I had to become very organized and almost document where we had to be when, what had to be done, because your mind is racing when you’re in the moment dealing with the illness.

How Am I Going To Do This?
Prior to cancer we shared everything equally in the house but, I mean, Lew, you know he’s the one that you go to kind of when you need some direction in life or… and now it’s changed. our kids would look up to him for the advice and he’d be the one to bring calm to a situation and then I thought, how am I going to do this? This is his job, this is where he shone and even prior to his surgery he’s on the phone sorting out a brotherly/sisterly conflict and I’m thinking how am I going to do this when he can’t talk anymore, he won’t be able to speak anymore for x number of weeks. How are we going to communicate? How am I going to keep orderly in the household? I think that’s one of the big changes in me is that now is that whatever comes forward, you’re on the end. It’s, you can deal with it, you can face it head on and it will be okay and through the support of family and friends, you know you will be okay.

Anger
One part that I had problems dealing with through it all is when he would he was reaching a point in his treatment where I felt he was losing control of himself in terms of his emotions and he would come to me and say I don’t know what’s wrong with me, and this is not Lew. He’s the strong one in the family and he’s coming to me what am I going to do with him? Because I’m not used to this role as a family and I thought and sometimes I would get mad at him, just smarten up, you don’t do this to me. I’m mad at you because you’re putting me in this situation but I didn’t realize this is all part of what he was going through and this, he, and it was okay I didn’t know how to fix him. I didn’t know what to say. I didn’t know… I hugged him. I didn’t know, how am I going to resolve this? But it was through resources at Cancer Care, the social work resources, speech pathology resources that we came to understand this is a normal process that he’s going through. It’s not going to last, it’s like a bump in the road and it was okay. This is normal and he has, he’s gotten over it and we’ve moved on but it was a scary thing at the time to go through that I couldn’t do anything. I just wanted to be mad at him. Like stop this already.

Getting Through It
You cannot think at the beginning of all of this that you’re going to go unscathed through it all. You’re not. It’s very demanding and I think as time goes on, you start to break down yourself. And you have no control over it I mean. In hindsight, I think the best thing is to ask for… If you’re working, is to ask for leave from your work instead of trying to do work from a hotel room to home and then look after your husband and everything else of the household plus the driving to and from the appointments and then on weekends driving 6 hours home and 6 hours back. It just becomes physically too demanding on one person and I was by myself. We have no family left in Swan River and no relatives or friends in Winnipeg, all of our family is out west so it was on my shoulders to provide that support and you can’t be all for all. And I realize that in hindsight. It was a mistake to think that I could carry through with my job in the capacity I did and you have to get your priorities straight and the priority was Lew. It was but I mean you can’t do justice to the other as well so…

Making Space
I would say it took another year and a quarter before he was to the point where he wasn’t so I found he was so dependent on me for everything and so I slowly started to wean… you could say wean him off me. And I had little breaks here and there and, you know, he survived, it was okay and both from both angles. He survived without me and I survived without him because you think, well, he can’t live without me and what I do for him. But, you know, you reach a point where you can move on and he was very good that way. He says, you need some time for yourself too. And he encouraged me to do a couple contracts which took me away from home and he did okay. And it was good for both of us because I had the freedom just to look after me, this was me not, it wasn’t going to be just him. I quite enjoyed that and it I think it did the world of good for both of us to have to be away from each other.

Fear
What have I discovered about myself? Is that, to let go of my fears that if you allow fears to consume you then I think it just drags you down more, that you can do it. You can do this and you can get through it and it’s okay.

End of Transcript

Transcription française

Transcription de l’entrevue: Bernie

Souvent, je ne cherchais qu’à m’enfuir. Je n’en pouvais plus, mais lorsqu’on se marie, on s’engage pour la vie, pour le meilleur et pour le pire. Et il s’agissait là d’un pire moment et je crois que les prières de notre famille et de nos amis nous ont aidés à traverser cette période très difficile.

Je m’appelle Bernie McClerg. Mon mari, Lew, a reçu un diagnostic de cancer de la langue avec métastases aux ganglions lymphatiques en septembre 2006. Il a subi une opération chirurgicale en octobre de la même année et suivi des traitements de radiothérapie et de chimiothérapie pendant sept semaines, c’est-à-dire jusqu’en janvier 2007. En mai 2007, il a subi une autre opération, une opération radicale visant à extraire les ganglions lymphatiques de l’autre côté du cou. Nous habitons à six heures de route, environ six heures, de Winnipeg, ce qui voulait dire faire beaucoup de route, et c’était l’hiver.

L’instant
Lorsque l’annonce d’un diagnostic de cancer nous frappe, on ne pense à rien d’autre, on ne pense qu’à survivre. Comment vais-je survivre, comment va-t-il survivre? Comment allons-nous préserver l’unité familiale? Et on ne pense pas à ce qu’est notre vie au-delà de cet instant. J’ai dû devenir une personne très ordonnée et consigner à peu près tous nos rendez-vous et ce qu’il fallait faire, car les pensées se bousculent dans notre esprit lorsqu’on fait face à la maladie.

Comment vais-je faire?
Avant le cancer, nous partagions toutes les tâches domestiques à parts égales, mais Lew, c’est la personne vers qui l’on se tourne lorsqu’on a besoin de conseils… et maintenant, la situation est changée. Il faisait figure d’exemple pour nos enfants, c’est lui qu’ils consultaient et c’est lui qui ramenait le calme en cas de problème. Puis je me suis demandé comment j’allais faire. C’est son travail, c’est dans ce domaine qu’il excelle et même avant l’opération, il était au téléphone en train de résoudre un conflit entre son frère et sa soeur. Et je me dis comment vais-je faire lorsqu’il ne pourra pas parler, il ne pourra pas parler pendant X nombre de semaines. Comment allons-nous communiquer? Comment vais-je tenir la maison en ordre ? Je pense que l’un des changements les plus importants en moi, c’est que quoi qu’il arrive, je décide. Je peux le faire, je peux affronter la situation et tout ira bien, et grâce au soutien de ma famille et de mes amis, je sais que tout ira bien.

La colère
L’aspect qui m’a posé le plus de problèmes dans toute cette épreuve, c’est lorsqu’il est arrivé à un stade de son traitement où il avait l’impression de perdre le contrôle de ses émotions et qu’il me demandait qu’est-ce qui m’arrive, alors que ce n’est pas le Lew que je connaissais. La personne forte de la famille, c’est lui et il me demande ce que je vais faire de lui. Comme je ne suis pas habituée à jouer ce rôle au sein de la famille, j’étais parfois furieuse contre lui, je voulais qu’il se ressaisisse, il ne pouvait pas me faire cela. Je suis fâchée contre toi parce que tu me mets dans cette situation, mais je n’avais pas réalisé que cela faisait partie des étapes qu’il traversait et que c’était normal, je ne savais pas comment le guérir. Je ne savais pas quoi dire. Je ne savais pas… Je l’ai serré dans mes bras. Je ne savais pas comment régler le problème. C’est grâce aux ressources de Cancer Care, aux travailleurs sociaux et à l’orthophoniste que nous avons compris qu’il s’agissait d’une étape normale du processus qu’il traversait. Cela n’allait pas durer, nous faisions face à un obstacle, et c’était normal. C’était une réaction normale, il s’est ressaisi et nous sommes passés à autre chose, mais c’était inquiétant à l’époque de passer par ce processus, d’être impuissante. Je ne cherchais qu’à évacuer ma colère sur lui. Genre tu n’as pas encore fini.

Aller jusqu’au bout
Au début de cette épreuve, on ne peut pas croire qu’on s’en sortira indemne : Ce ne sera pas le cas. C’est très exigeant, et à mesure que le temps passe, on commence à craquer. Et on n’y peut rien, d’ailleurs. Avec le recul, la meilleure chose à faire, c’est de demander… Si vous travaillez, de demander congé au lieu d’essayer de travailler dans une chambre d’hôtel, puis de la maison pour ensuite vous occuper de votre mari et de toutes les autres tâches domestiques, en plus d’aller aux rendez-vous et de passer plus de 12 heures sur la route à faire des aller-retour en fin de semaine . C’est trop exigeant physiquement pour une seule personne, et j’étais seule. Nous n’avons plus de famille à Swan River et aucun parent ni ami à Winnipeg, toute notre famille étant dans l’Ouest. Il m’incombait donc de fournir ce soutien, et on ne peut pas être au four et au moulin. Et je m’en rends compte après coup. Il était illusoire de penser que je pouvais continuer à exercer mon travail et il fallait que je réorganise mes priorités, et ma priorité était Lew. Il l’était, mais je veux dire qu’on ne peut pas aussi rendre justice à l’autre…

Laisser de la latitude
Je dirais qu’il a fallu 15 mois avant de revenir au point où il ne dépendait pas de moi pour tout, et j’ai commencé lentement le sevrage… On pourrait dire son sevrage de moi. J’ai eu du répit de temps en temps et, vous savez, il a survécu, c’était correct et pour les deux parties. Il a survécu sans moi et j’ai survécu sans lui, parce qu’on croit qu’il ne peut vivre sans moi et tout ce que je fais pour lui. Mais vous savez, vous arrivez à un stade où vous pouvez passer à autre chose et ça l’arrangeait très bien aussi. Il m’a dit que je devais prendre du temps pour moi également. Et il m’a encouragée à accepter quelques contrats, ce qui m’a éloignée un peu de la maison, et il s’est bien débrouillé. C’était une bonne chose pour tous les deux, car j’avais la possibilité de m’occuper de moi-même, pas seulement de lui. J’y ai pris beaucoup de plaisir et je pense que cela nous a fait beaucoup de bien de prendre une certaine distance l’un de l’autre.

La peur
Qu’ai-je découvert à mon sujet? J’ai appris à me libérer de mes peurs, car si on laisse la peur nous ronger, cela ne fait que nous affaiblir et nous laisser croire qu’on ne peut y arriver. Vous pouvez y arriver, vous pouvez traverser cette épreuve et tout ira bien.

Fin de l’entrevue

Last updated: July 17, 2013