Chris’ cancer journey



In this video, Chris, a systems administrator for Lakehead University, shares the story of his cancer journey. He was diagnosed with stage four metastatic melanoma at the age of 36. Chris shares his experience of what it felt like to get the news, the process of sharing the news with others as well as his treatment path and its challenges. He touches on his feelings about peoples’ expectations and how becoming a father after his diagnosis gave him, and his wife, something positive to focus on.

“It’s kind of funny, but what I try to do is, I basically bury my head in the sand. You go through your day and almost pretend you don’t even have cancer and that’s one of the ways you try to get through it.”

Chris passed away in January 2010.

Related videos

Chris’s clips can be found in the following themes:

English transcript

Interview transcript: Chris

At the time of the interview, Chris worked for Lakehead University as a systems administrator. He was married and a father.

Type of cancer: metastatic melanoma (stage 4)
Age at diagnosis: 36
Year of diagnosis: 2009
Treatment: chemotherapy
Date of interview: July 2009

Chris passed away in January 2010.

My name is Chris Zeigler and I’m 36 years old. I live in Thunder Bay, Ontario. I work at Lakehead University, and this is my daughter Alexandra. I was diagnosed in December of last year with stage 4 metastatic melanoma.

Getting the news

Well, we always see on TV or different areas where people get news such as getting cancer and it’s devastating. You really don’t know how devastating it is until it happens to you. And I know initially it’s difficult to get news like that. And then I’d get the news and we’d go in to talk about how it went. And then we’d get news again that was bad. We went through that a couple of times. It seemed like every time we’d be getting somewhere we’d get bad news and that was very, very hard. It was very hard to hear. It usually took us some time. I know the first day is the worst and you do nothing but think about it after that. Eventually it does get better. Eventually it does get easier to live with. Sometimes-it’s kind of funny-what I try to do is I basically bury my head in the sand. You go through your day and almost pretend you don’t even have cancer and that’s one of the ways you try to get through it. I know one of the positives that I’ve seen-I really didn’t know just how strong my wife was until I went through this, and even how strong I can be.

Letting people know

Letting people know that I had cancer and the type and the stage was a difficult process. My initial reaction, other than my wife and I knowing, I found it very hard to tell family. I found it actually easier to tell friends than to tell family because I knew the family would be so upset. My parents specifically. So I kind of made a tentative schedule of telling people, I made it one by one. I had a small group of people, including my parents, that I wanted to know before anybody else knew and so I made sure that they knew. And went through that process…it still took us a while. It took us some time to go through the information ourselves and process the feelings and everything ourselves before we went on to tell anybody else. That was probably one of the harder parts of this.

The treatment

Well, the initial treatment was a drug called interferon and that lasted a month. Physically that was very difficult with the different symptoms of nausea, headaches and fatigue. Nobody can really describe how difficult it can be. My family too; it was difficult for them to watch. And then to get the news that it had moved on was quite hard. When we started the chemotherapy I didn’t really know what to expect. After going through basically a month of hell, I figured that the chemotherapy would be hard. I had a pleasant surprise, obviously, as you can see I still have my hair. I’d been able to eat. It’s been much, much better; much, much more tolerable. So I’ve been pretty lucky, compared to others that are taking chemotherapy. This type of chemotherapy that I had for melanoma has allowed me to, for the most part, keep an appetite and as you see my hair, which has been very nice.

Expectations

People, when they think-when they hear that you have cancer, they expect something different than what I have been going through. They expect to see more physical changes and for me, if it hadn’t have been for the initial treatment, the interferon and then the chemotherapy, with some of those side effects, then you really wouldn’t even know that I had cancer. So right now I guess it’s at a point where…I find that hard on me too, even being off work. Like I feel I should be at work. When you don’t feel sick you feel like you should be doing something…. That’s been quite a change, not working and doing things to keep busy. It was hard early on before Lisa had the baby. I was home by myself more and so that I found very difficult, to try and fill my days, and it was a matter of finding things to do. And even if it was going out for lunch with friends, just to try to break up the day and not be at home so much, because that got very hard-to be at home so often.

Where I live

Being in Thunder Bay had its pluses and drawbacks. When I look at the smaller communities in north-western Ontario, I guess Thunder Bay is basically the hub of north-western Ontario. And we’re extremely lucky to have the cancer clinic that we do have here. However, we’re still isolated here in north-western Ontario. Even for the surgery that I had we went down to Princess Margaret. And currently I’m awaiting a consultation with a doctor down there. So it does have its drawbacks, having to travel and stay away from home and away from family. It’s difficult. As good as the centre that we do have, there are still areas with doctors down in Southern Ontario that we don’t have up here.

What I focus on

One of the biggest things for me is having my little girl. She’s really taken (you can hear her right now actually), she’s really taken a lot of our time and our energy and allowed both of us to focus on her and not on the cancer. Unfortunately it’s there every day and probably both of us think about it every day. You know, because there are different things-the appointments and the treatments and so forth-that don’t allow us to forget. But having her has basically been a godsend because it just allows us to focus on something much more positive, much happier, and it really gives me something to live for. I don’t have a choice. I don’t have a choice but to beat this and get better because I do have a beautiful little girl and a family that’s going to help us do that.

End of transcript

Transcription française

Transcription de l’entrevue: Chris

Chris est administrateur de système à l’Université Lakehead. Il est marié et est le père de deux enfants.

Type de cancer: mélanome métastatique
Âge au moment du diagnostic : 36 ans
Traitement: chirurgie (dissection de ganglions lymphatiques), chimiothérapie
Date de l’entrevue: juillet 2009

Chris est décédé en janvier 2010

Je m’appelle Chris Zeigler. J’ai 36 ans et j’habite à Thunder Bay, en Ontario. Je travaille à l’Université Lakehead. Voici ma fille, Alexandra. En décembre dernier, j’ai appris que j’avais un mélanome métastatique de stade IV.

Apprendre la nouvelle

À la télé ou ailleurs, on voit souvent des gens qui reçoivent des mauvaises nouvelles, comme apprendre qu’ils ont un cancer, et c’est toujours bouleversant. Mais, on ne peut vraiment pas savoir à quel point c’est bouleversant, tant que ça ne nous arrive pas à nous. Je savais que c’est toujours difficile d’apprendre une chose comme ça. Puis, ça a été mon tour. J’ai eu la nouvelle, on en a parlé. Ensuite, j’ai eu d’autres mauvaises nouvelles. On a vécu cette expérience-là à quelques reprises. En fait, c’est un peu comme si, à toutes les fois qu’on allait quelque part, c’était pour apprendre une autre mauvaise nouvelle. Et çà, c’était vraiment, vraiment difficile; c’était très dur à entendre. Ça prend généralement un peu de temps. Le premier jour est toujours le pire. On ne fait rien d’autre que d’y penser. Puis, après, les choses finissent par se tasser un peu, et ça devient plus facile de vivre avec la réalité. C’est un peu étrange, mais il m’arrive même, à l’occasion, d’essayer de jouer à l’autruche, et de passer des jours complets en tentant presque de me convaincre que je n’ai pas le cancer. C’est une de mes façons de composer avec ce qui m’arrive. Mais, s’il y a quelque chose de positif dans ce qui m’arrive, c’est que, jusqu’à maintenant, je n’avais jamais réalisé à quel point je peux compter sur ma femme et, d’une certaine manière, à quel point je peux compter sur moi.

Le dire aux autres

J’ai eu de la difficulté à dire aux gens que j’avais le cancer ou à leur parler du type de cancer que j’ai et du stade de la maladie. Au début, personne ne le savait à part ma femme et moi. Ça a été vraiment difficile de le dire à ma famille. En fait, ça a été plus facile de le dire à mes amis que de l’annoncer aux membres de ma famille. Je savais qu’ils seraient secoués par la nouvelle. Ça a été surtout difficile de l’annoncer à mes parents. J’ai donc préparé une sorte de programme pour ne pas oublier personne, et je m’y suis pris une personne à la fois. Il y avait quelques personnes, dont mes parents, à qui je voulais l’apprendre en premier, je me suis donc assuré qu’ils étaient tous au courant. Nous avons entrepris la démarche, mais ça a pris du temps. Il a d’abord fallu se renseigner nous-mêmes. Il a ensuite fallu que nous composions avec nos propres émotions avant de pouvoir commencer à le dire aux autres. C’est probablement l’une des choses les plus difficiles dans tout cela.

Le traitement

Le premier médicament que j’ai pris s’appelle Interferon. Le traitement a duré un mois, et c’était physiquement très difficile parce que je ressentais différents symptômes, comme des nausées, des maux de tête ou de la fatigue. En fait, personne ne peut vraiment décrire à quel point ça peut être difficile. Ça a également été pénible pour ma famille parce qu’ils me voyaient aller et parce que, plus tard, on a appris que le cancer s’était propagé. Lorsque j’ai commencé la chimiothérapie, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. Après ce qui m’avait semblé être un mois d’enfer, je m’étais fait à l’idée que la chimiothérapie serait difficile. Comme vous pouvez le constater, j’ai eu une agréable surprise, puisque j’ai encore mes cheveux. Je pouvais manger, ce qui a rendu les choses beaucoup plus facile, beaucoup plus tolérable. Lorsque je me compare à d’autres personnes qui ont une chimiothérapie, je me considère plutôt chanceux. Le type de chimiothérapie que l’on m’a administré pour combattre le mélanome m’a permis de conserver mon appétit et mes cheveux, ce qui est très bien.

Mes attentes

Lorsque les gens pensent au cancer ou qu’ils en entendent parler, ils s’en font une idée complètement différente de ce que j’ai vécu. Ils s’attendent à voir des changements physiques. Pourtant, dans mon cas, si ce n’était pas du premier traitement par Interféron ou de certains effets secondaires de la chimiothérapie, ce serait difficile de dire que je vis avec le cancer. Maintenant, j’en suis au point où je trouve tout ça vraiment difficile, même le fait de ne pas travailler. En fait, j’ai le sentiment que je devrais travailler. Lorsqu’on ne se sent pas vraiment malade, on a l’impression qu’on devrait faire quelque chose… Ne pas travailler, c’est tout un changement. On cherche à toujours faire quelque chose pour se ternir occupé. C’était difficile au début, avant la naissance d’Alexandra, parce que j’étais souvent seul à la maison et que j’avais beaucoup de difficulté à occuper mes journées. Il fallait toujours que je trouve quelque chose à faire, même aller rencontrer des amis au restaurant, juste pour briser la monotonie et sortir de la maison, parce que c’était vraiment difficile de passer autant de temps seul entre quatre murs.

Mon milieu

Vivre à Thunder Bay comporte sa part d’avantages et d’inconvénients. Lorsque je compare ma situation à celle des personnes qui vivent dans des petites localités du Nord-Ouest de l’Ontario, je comprends que Thunder Bay est en quelque sorte la plaque tournante de la région, et que je suis vraiment chanceux d’avoir accès à la clinique de traitement du cancer que nous avons ici. Il n’en reste pas moins que nous sommes isolés, ici dans le Nord-Ouest. J’ai été obligé de me rendre à l’hôpital Princess Margaret de Toronto pour me faire opérer, et je dois y retourner pour rencontrer un médecin. Ce n’est vraiment pas facile de devoir se déplacer et quitter sa famille pour se faire traiter. Le centre que nous avons ici facilite vraiment les choses. Il faut tout de même admettre qu’il y a des médecins dans le Sud de l’Ontario qui ont des expertises auxquelles nous n’avons pas accès ici à Thunder Bay.

Ce qui me motive

La naissance de ma fille est l’une des meilleures choses qui me soient arrivées. Il faut lui accorder beaucoup… (vous pouvez l’entendre justement), il faut lui accorder beaucoup de temps et d’énergie. Ça nous a permis, à ma femme et à moi, de nous concentrer sur elle plutôt que sur le cancer. Malheureusement, le cancer est toujours présent. Il n’y a probablement pas une seule journée qui passe sans que l’on soit obligé d’y penser, parce qu’il faut s’occuper de certaines choses, telles que les rendez-vous ou les traitements, qui ne nous permettent pas de l’oublier. La présence de ma fille est toutefois une véritable bénédiction parce qu’elle me permet de penser à quelque chose de beaucoup plus positif, de beaucoup plus agréable. Elle me donne une raison de contempler l’avenir. En fait, je n’ai pas le choix, je n’ai vraiment pas le choix. Il faut que je parvienne à vaincre la maladie et à me remettre, parce que j’ai cette belle petite fille et une famille qui comptent sur moi. Et, ce sont eux qui vont m’aider à y arriver.

Fin de l’entrevue

Last updated: April 26, 2017