Mark’s testicular cancer journey



Mark, diagnosed with testicular cancer at the age of 38, shares the story of his cancer journey. Mark discusses how he feels lucky that his cancer was caught early and he’s being screened regularly for further growth. He talks about the emotional stages he went through and the strategy he worked out for telling family and friends. Mark touches on the decision he and his wife made regarding sharing the information with their two young children. He also talks about how his cancer helped to remind him to find balance in life.

“The advice that I would give to people who are diagnosed is don’t do this by yourself. Go looking for the support even though it’s embarrassing, even though it’s stressful for yourself, once you share that stress it becomes less to you.”


No related videos found.

Interview transcript: Mark

Mark is a health information specialist. He is married with two young children.

Type of cancer: testicular cancer
Age at diagnosis: 38
Year of diagnosis: 2008
Treatment: surgery
Date of interview: August 2009

My name is Mark Mycyk and I am 38 years old. I discovered that I had a lump on one of my testicles at Christmas of 2008. And within a month I had been diagnosed and been treated for testicular cancer.

The advice I would give to somebody who is going through this: there are going to be a lot of different stages of your emotions. And obviously when you’re first aware of this, that this is real—I was in denial to begin with: “This can’t be real.” I think that this is quite common. And so that was in December/January, beginning of January—what a way to start a new year. And I guess I was looking for cues to grab a hold of so I could feel more hope that this isn’t the end, you know, and I guess the long-story-short of all of that is that I ended up having—with the diagnosis, it was a pre-cancerous growth. I’m very relieved to know now that first it was the less-aggressive form of cancer and it was caught really early and I’m being screened now regularly for further growth.

Early days

It went from worst case to best case quite quickly. I mean, when you hear the word cancer, all that feeling around having cancer was really prominent. I don’t know if you want to call it a stigma but at least all the stereotypes and concerns that people have, trying to tell them that I had cancer. And it was trying to tell because it was hard for me as I’m 39 years old, I should be in my prime and I should be strong, with a family of two young children, and I didn’t want this to be happening to me. So all those early stages of “Why?” then, “Why me? I don’t have any history of cancer in my family, I eat healthy, for many years I was vegetarian, how could this possibly be?”. All the precursors to having cancer didn’t make sense to me, but there I was and this is the reality I’ll deal with. So I wanted to find out as much as possible so that not only could I lower any fears that my family and friends would have but also that I had, because I wanted to know everything I could about the tumour. So I went on the Internet looking for things and tried to lower my anxiety around it because I wanted to get through this.

Who to tell first

It’s interesting about telling family and friends. My family has never been all that close so to talk about personal things is not very common. And so talking to them about that—I wasn’t sure. I mean it was going through my mind a lot to try and figure out a strategy to tell all my family. Will I tell my mom first or my brother first? How was I going to do it? And I did feel like I wanted to tell them in person. But there wasn’t any time for me to be able to drive—my family is out of town—so I knew I was going to have to tell them over the phone. And I thought about telling my brother first because I thought he’d be able to help me tell my mother. Turns out I told my mother first and that was a better strategy because she was far more calm about what was going to happen, listening to what I had to say. She actually guided me on, “Realize your brother’s going to be upset,” and he was. He was very concerned about myself first of all and then he was very concerned about what that meant for the rest of the family.

Talking to our kids

Having two young kids and talking to them about cancer, we didn’t. Because I didn’t need chemotherapy or radiation, the physical signs of me having cancer weren’t going to be noticed. We were concerned about the anxiety that it would create in a seven- and a fiveyear- old to know that their father has cancer, so we chose not to say that I had cancer. We’ll probably tell them, I don’t know at what age, but we’ll tell them at some point in the future about that. Maybe this video might allow them to be aware of it, and now questions: do you go back in time and say that we didn’t tell them something, and they might be angry. But that was a choice we made at the time and hopefully they’ll understand that we chose not to tell them just so they wouldn’t be overly concerned at the time.

The surgery

Having a testicle removed is something that I’m living with every day, which I think is probably… I think about it; I miss my boy. But, given the alternate, it’s something that I can be comfortable with, at least knowing that this has been taken care of and it has almost no impact on my life now. Really I’m no different today than I was December 31st before my diagnosis. And so if you can have this minimally—really—invasive surgery—I was out in a day, the impact for me was very minor, and rather than the potential for this to spread into other types of cancer, let’s get on prevention or early detection and treatment.

Out of the house

I was ready, when I was doing radiation, to go back to work because the radiation to me wasn’t really all that [bad]. It was tiring but it wasn’t hurting me, not like chemo. So I was ready to go back. I’m out of the house now and not sitting in the house looking at four walls and wondering what I’m going to do today when there wasn’t a whole lot I could do anyways because I wasn’t allowed to. But I just wanted to get out and be back in the land of the living.

What I would tell my best friend

It’s not going to be easy, it’s going to be an emotional rollercoaster right from the beginning, right through their treatment. To me, I guess everyone deals with things differently but to me, I wanted to know as much information as I could. And I’m a person who’s always seeking different people’s opinions. I do have a friend who is a doctor; I sought his opinion. I did searches on the Internet and every time… and I wanted to inform myself as much as possible, so I could… And this is what I would tell friends, I would tell them to get as much information so you can ask as many questions. Because I think once you have the information, you can process it better, even though if you can’t handle it at that point, you might want to come back to it over time. Don’t do this by yourself. Go looking for support even though it’s embarrassing, even though it’s stressful for yourself, once you share that stress it becomes less.

The balance

The positives that have come out of it is reaffirming sort of the lifestyle choices of exercise and healthy diets and removing stress and the focus on family. I think that I was really career driven before. Not that I have taken a step away from my focus on my career, but I now want to make sure that I have time in the day for my family and friends and for myself because that’s the balance, right? That it’s not just about the outcomes of my work. I mean, we all know that, it’s obvious, but it takes something like a life-threatening incident that reminds you.

End of transcript

Transcription de l’entrevue: Mark

Mark est un spécialiste en information de la santé. Il est marié et est le père de deux
jeunes enfants.

Type de cancer: cancer du testicule
Âge au moment du diagnostic : 38 ans
Traitement: chirurgie
Date de l’entrevue: août 2009

Je m’appelle Mark Mycyk. J’ai 38 ans. À Noël, en 2008, j’ai découvert que j’avais une masse sur un testicule. Un mois plus tard, un diagnostic de cancer du testicule avait été porté, et j’avais été traité.

Le conseil que je donnerais à un quelqu’un qui doit faire face à une telle situation c’est de s’attendre à ressentir bien des émotions extrêmes. Bien entendu, lorsqu’on se rend compte de ce qui se passe, qu’on réalise que c’est bien réel, on se dit tout d’abord que ce n’est pas possible. Je pense que c’est une réaction toute naturelle. C’est du moins ce que je ressentais à la fin de décembre et au début de janvier. Je me disais que l’année commençait mal. Je pense que je cherchais des signes ou une lueur d’espoir à laquelle je pouvais m’accrocher pour me convaincre que ce n’était pas la fin. Pour résumer, le diagnostic final a révélé la présence d’une masse précancéreuse. Je suis très soulagé de savoir que c’était une forme peu virulente de cancer et que la tumeur avait été détectée tôt. Maintenant, je subis régulièrement des tests de dépistage.

Les premiers jours

Le pire scénario a rapidement fait place à une perspective plus optimiste. Lorsqu’on entend le mot cancer, l’idée même d’en être atteint devient une véritable hantise. Sans nécessairement vouloir parler de préjugés, les gens entretiennent à tout le moins d’innombrables stéréotypes au sujet du cancer, et les craintes populaires abondent. Ça rend les choses vraiment difficiles lorsque vient le temps de dire aux autres que l’on a un cancer. C’était d’autant plus difficile de le dire que je n’ai que 39 ans. Je suis jeune et je devrais être en forme et plein d’énergie. J’ai deux enfants en bas âge. Je ne voulais pas que ça m’arrive à moi. Au début, je me demandais donc constamment « Pourquoi? » ou « Pourquoi moi? ». Je n’ai aucun antécédent familial de cancer. Je fais attention à ce que je mange. J’ai même été végétarien pendant de nombreuses années. Pourquoi est-ce que ça m’arrive? Aucun des signes avant-coureurs du cancer ne s’appliquait dans mon cas. La réalité n’en était pas moins que j’étais atteint d’un cancer, et je devais composer avec cette situation. Je voulais donc me renseigner le plus possible, non seulement pour atténuer les craintes de mes parents et de mes amis, mais aussi pour apaiser mes propres craintes. Par conséquent, je voulais apprendre tout ce que je pouvais au sujet de la tumeur. J’ai donc consulté Internet pour en savoir plus, et j’ai essayé d’apaiser mes angoisses, parce que je voulais m’en sortir.

La divulgation d’un cancer à des parents et à des amis est un exercice intéressant. Les membres de ma famille sont plutôt réservés, et nous nous confions très peu les uns aux autres. J’hésitais donc à leur annoncer que j’avais un cancer. J’ai consacré beaucoup de temps à tenter d’élaborer une stratégie qui me permettrait de divulguer mon état aux membres de ma famille. Devrais-je le dire à ma mère ou à mon frère en premier? Comment devrais-je m’y prendre? J’aurais préféré pouvoir leur dire en personne. Ils habitent toutefois à l’extérieur de la ville, et je n’avais pas le temps d’aller les voir en voiture. Je savais donc que je devrais leur annoncer la nouvelle au téléphone. J’ai longtemps pensé le dire à mon frère en premier, parce que je croyais qu’il pourrait m’aider à l’annoncer à ma mère. Finalement, je l’ai dit à ma mère en premier. Cette stratégie s’est avérée être la bonne puisque ma mère a été beaucoup plus calme que mon frère ne l’aurait été dans une telle situation. Elle m’a même prévenu que mon frère serait très bouleversé par la nouvelle, ce qui a été le cas. Il s’en faisait beaucoup au sujet de ce qui m’arrivait et des répercussions que cette nouvelle aurait sur les autres membres de la famille.

Parler aux enfants

Comme nos deux enfants sont très jeunes, nous avons décidé de ne rien leur dire au sujet du cancer. Je n’avais pas besoin de chimiothérapie ou de radiothérapie, les manifestations physiques du cancer n’étaient donc pas apparentes. Nos enfants n’avaient que cinq ans et sept ans, et nous avions peur qu’ils soient trop inquiets s’ils apprenaient que leur père avait un cancer. Nous avons donc préféré faire comme si de rien n’était. Nous leur dirons certainement un jour, mais je ne sais pas quel âge ils auront alors. Peut-être que cette vidéo fera en sorte qu’ils l’apprendront. Ils poseront sans doute des questions. Je me demande s’il est préférable de remonter dans le temps pour justifier notre décision. Ils en seront peut-être déçus. Mais, c’est la décision que nous avons prise à ce moment-là. J’espère qu’ils comprendront que c’est pour ne pas les inquiéter que nous avons décidé de ne rien leur dire.

La perte de mes cheveux

Ce n’est arrivé qu’un mois, ou peut-être même plus – probablement six semaines – après le début de mes traitements. Je commençais à me demander si j’étais l’une de ces quelques chanceuses qui ne perdent pas leurs cheveux. Puis, soudainement, alors que je prenais une douche et que je me lavais les cheveux, une pleine poignée de cheveux m’est restée dans la main. Je me suis dit que ça commençait. Une semaine plus tard, j’avais perdu tous mes cheveux. C’est une expérience que j’ai trouvée particulièrement éprouvante. Je ne pouvais pas accepter le fait d’être chauve. Action cancer m’a donné une perruque, mais elle n’était pas de très bonne qualité. Mon mari m’a amené à La Baie et m’a acheté une perruque. Ça allait. Au début, je portais surtout des chapeaux et des foulards. Je portais ma perruque lorsque je sortais. Cependant, lorsque j’étais à la maison, je portais une casquette de baseball.

La chirurgie

Le fait d’avoir perdu un testicule est une réalité avec laquelle je vis quotidiennement. J’y pense tous les jours, et ça me manque. Mais, compte tenu de ce qui aurait pu se produire, je suis à l’aise avec ma situation. Au moins, je sais que j’ai été traité et que les répercussions sur ma vie de tous les jours sont minimes. En fait, je me sens exactement comme je me sentais avant d’apprendre mon diagnostic le 31 décembre. La chirurgie a été relativement mineure. J’ai obtenu mon congé le même jour, et les répercussions sont négligeables. Je suis persuadé que la prévention, la détection précoce et le traitement sont des options préférables au risque de propagation à d’autres types de cancer.

Que dirais-je à mon meilleur ami

Ce ne sera pas facile. Il faut s’attendre à vivre de violentes vagues d’émotions, et ce, du diagnostic jusqu’à la fin des traitements. Je présume que l’on compose tous différemment avec de telles situations. Dans mon cas toutefois, je voulais me renseigner autant que je le pouvais et connaître l’opinion du plus grand nombre de personnes possible. J’ai un ami médecin, et je lui ai demandé ce qu’il pensait. Je faisais des recherches sur Internet, je voulais tout savoir. C’est exactement ce que je conseillerais à des amis. Je leur dirais de se renseigner le plus possible afin de pouvoir poser de nombreuses questions. Je suis persuadé que plus une personne se renseigne, plus elle est en mesure de composer avec une telle situation, et que, même si les choses semblent trop pénibles pour les comprendre lorsqu’elles surviennent, il est toujours possible d’y revenir plus tard pour faire le point. Il ne faut pas essayer de composer avec une telle situation sans l’aide de quelqu’un d’autre. Il ne faut pas hésiter à demander de l’aide même si la situation semble embarrassante, même si c’est une source de stress. Les choses semblent moins stressantes lorsque l’on peut en parler avec quelqu’un.

L’équilibre

La conséquence positive de cette expérience est qu’elle m’a permis de confirmer mes choix de style de vie en ce qui a trait à l’exercice, l’alimentation saine, la réduction du stress et l’importance de ma famille. Je crois que ma carrière occupait vraiment le premier plan auparavant. Sans avoir mis fin à mes aspirations professionnelles, je m’assure maintenant que je consacre tous les jours du temps à ma famille, à mes amis et à moi-même. C’est ce que j’appelle l’équilibre. La réussite professionnelle ce n’est pas tout. Il y a bien d’autres choses qui sont importantes dans la vie. Nous le savons tous. C’est bien évident. Mais, il faut parfois être confronté à une question de vie ou de mort pour vraiment en comprendre toute l’importance.

Fin de l’entrevue

Last updated: March 17, 2017