Anju – What I learned about myself



“I took the time to just mentally accept the disease and tell myself that I’m strong and I can fight it, even though whatever happens, happened with my mother or the family history, I am not going to let that interfere with me fighting this disease and staying positive.”

Anju works full-time and teaches Indian cooking classes on the side. She is married with two sons.

Anju was diagnosed with peritoneal cancer at the age of 43.

Related Videos

Anju’s clips can be found in the following themes:

English Transcript

Interview Transcript: Anju

Anju works full-time and teaches Indian cooking classes on the side. She is married with two sons. Type of Cancer: Ovarian Cancer (Peritoneal Cancer) Age at Diagnosis: 43 Year of Diagnosis: 2009 Treatment: Surgery and Chemotherapy Date of Interview: January, 2010

I just felt like the most unlucky person on the face of the earth and it was like the rug was pulled from under my feet, and I just didn’t know… what had hit me, how it had hit me, and it was hard to digest.

My name is Anju Sarna and I’m 44 years old. I was diagnosed with ovarian cancer last March. Despite having a complete prophylactic surgery, a complete hysterectomy, I was diagnosed with this disease, and I was told that this is peritoneal cancer, which is treated exactly like ovarian cancer. I’ve been through a surgery last year and based on the surgery he suggested aggressive chemo as soon as possible, so within two days of coming out of the hospital I was going for my first chemotherapy treatment to Princess Margaret.

Family history My mother was diagnosed with ovarian cancer when she was 38 and she passed away with ovarian cancer, and after her two of her sisters were diagnosed in their 40s with the same ovarian cancer and they passed away with this disease as well. So, after my first child I was very concerned about the family history and I wanted to keep on top of my genes and take all precautions so that I don’t experience or go through that disease. So from the very beginning, it’s been in my mind that it’s genetic and I have a strong family history.

It takes some time

I needed the time to grasp what had happened because everything happens so quickly, from me going to the doctor for a physical, or just the fluid building up, to the surgery, to being diagnosed with ovarian cancer, to getting through chemo. It was just too much, too soon, happened in my case so I had no time to even accept the disease or to get the courage to fight it because it was just one thing after the other. So I took the time to just mentally accept the disease and tell myself that I’m strong and I can fight it, even though whatever happens, happened with my mother or the family history, I am not going to let that interfere with me fighting this disease and staying positive. I have a cousin who is fighting ovarian cancer in India and knock on wood, she’s doing well for the last five years, and so that’s what keeps me going. If she can do it, I can do it as well. Gives me hope.

What I need to know I didn’t want to know anything about my cancer, what kind, pathology, even though I have family who are in the medical field and they wanted me to find out more. I don’t want to know about it. I want to know how I can keep it under control with my diet, exercise, yoga, supplements that I can take that keep cancer cells down. I’m doing it for my family as well because apparently the boys are also prone to genetic cancer, so this is something I found out. So I’m trying to make the changes in our lives. My grocery bill has gone through the roof; my husband is complaining, because I’m making him buy broccoli, avocado, watercress, whatever I think is good for fighting cancer in our bodies, I’m doing that.

Brain fog While I was going through chemotherapy I was only dealing with myself, so my world was a little bit more narrow. As you get better and better, there are other things that start falling on your plate as well, so coping with them. It is very challenging because you don’t really realize that you wipe out your past to deal with the present and adding back things in your life takes a toll on you mentally, because there is just so much information that is coming in to you, and I find that I… sometimes thinking something, and I know I am supposed to tell my kids or my husband something, and he will tell me, “Remind me to do this,” and I have to turn around and tell him, “You have to remind me to remind you because I can’t remember myself if I’ve even eaten lunch today.” It’s a very, very strange feeling because you’re talking and you just forget what you were talking about. I had read about brain fog and I’m experiencing brain fog and it’s not a good feeling at all. It makes you feel like you’re starting a new job all over again, or the conversation. Nobody wants to talk to somebody who can’t even finish a sentence without forgetting what she is talking about.

One little step at a time But every day I tell myself that I have to do a little bit extra, more, so that I am getting back to my normal life that I used to be. I don’t like to be sick. I don’t like the feeling of being… depending on others, so I have to do this for myself. Just going back to work is probably the hardest decision one has to make because you have to be ready mentally as well as physically and the physical strength comes in due course of time. But the mental strength… you need to get yourself, your thoughts, together and just tell yourself that you’ve got to do one more step, which is going closer to your normal life again. I was working full time before. So just one day at a time, one little step at a time, get closer-it’s a lot of healing that needs to happen inside emotionally as well as mentally because you may look OK, you have your hair, you have make-up on, you look like anybody who’s walking outside, a healthy normal person, but you know inside you that you need to heal.

The question that cannot be answered I was very, very upset. I was angry at God, believe it or not. It was hard for me to even imagine that I’ve always been a religious person, I’ve always done good things, I don’t believe in hurting other people. Why did this happen to me? Why-that answer nobody can answer, give me an answer to my “why.” But I was told by somebody who came into my life and showed a part of belief in God that you don’t ask God why because it’s something that’s coming-good out of a sickness or an illness or anything that negative happens in your life, there’s always a plan. So I stopped asking why. I don’t want to know anymore because nobody can give you that answer and I’m just focusing on how I can help others deal with this in a positive way. The anger has gone; you just let go of the angry feeling or being so mad or upset and then you just experience this calmness that comes over you, which gives you strength, and strength is the only thing that I think helps you keep grounded and deal with this disease.

Don’t wait for tomorrow I want to do everything that you want to experience and I don’t want fear to hold me back because you don’t want to try this, you don’t want to try that. If my boys go skiing, I want to go skiing with them. I want to go for a walk every day, enjoy everything in the cold weather, which I never used to do. Just trying different things. Going to Wellspring, being in a peer support for somebody is a courage that I’m getting now because I’m afflicted with this disease. The interview, this is a huge step just dealing with your feelings. And healing yourself inside. And there’s an endless list of things that I want to do in life and this has made me just realize you… do it, don’t wait for tomorrow, just do it and enjoy it.

End of Transcript

Transcription française

Transcription de l’entrevue: Anju

Anju travaille à temps plein et enseigne la cuisine indienne à l’occasion. Elle est mariée et elle a deux enfants. Type de cancer: cancer de l’ovaire (cancer du péritoine) Âge au moment du diagnostic: 43 ans Année au moment du diagnostic: 2009 Traitement: chirurgie et chimiothérapie Date de l’entrevue: janvier 2010

J’avais l’impression d’être la personne la plus malchanceuse sur la Terre, parce que l’on venait de me couper l’herbe sous le pied et que je ne savais pas ce qui venait de m’arriver ou de quelle manière ça m’était arrivé. J’avais beaucoup de mal à l’accepter.

Je m’appelle Anju Sarna. J’ai 44 ans. En mars dernier, j’ai appris que j’avais un cancer de l’ovaire. J’avais beau avoir subi une chirurgie prophylactique et une hystérectomie totale, j’ai été diagnostiquée avec cette maladie qui, m’a-t-on dit, était un cancer du péritoine et qui se traite exactement de la même manière qu’un cancer de l’ovaire. J’ai été opérée l’an dernier et, compte tenu de cette opération, on m’a recommandé de subir une chimiothérapie agressive dans les plus brefs délais. Deux jours après avoir reçu mon congé de l’hôpital, j’ai donc commencé des traitements par chimiothérapie à l’hôpital Princess Margaret.

Antécédents familiaux Ma mère avait 38 ans lorsqu’elle a appris qu’elle avait un cancer de l’ovaire, et elle en est décédée. Ses deux soeurs ont appris qu’elles étaient atteintes d’un cancer de l’ovaire quand elles étaient dans la quarantaine, et elles en sont mortes toutes les deux. Après avoir donné naissance à mon premier enfant, j’étais très préoccupée par mes antécédents familiaux. J’ai donc décidé de passer des tests génétiques et de prendre toutes les précautions requises pour ne pas être atteinte de cette maladie. Donc, dès les tout débuts, j’étais consciente qu’il y avait une composante génétique et que mes antécédents familiaux étaient très marqués.

S’accorder le temps qu’il faut

J’avais besoin de temps pour saisir la portée de ce qui m’arrivait, parce que tout se déroulait tellement rapidement, que ce soit la visite chez le médecin pour un examen physique, l’accumulation de liquide, la chirurgie, le diagnostic de cancer de l’ovaire ou la chimiothérapie. Tout se bousculait et se produisait trop vite pour que je puisse avoir le temps d’accepter la maladie ou de réunir le courage requis pour la combattre. Les choses se passaient beaucoup trop vite. J’ai pris le temps d’accepter intellectuellement la maladie et de me dire que j’avais une grande force de caractère. Malgré ce qui était arrivé à ma mère et mes antécédents familiaux, je savais que je pouvais combattre la maladie. Je n’avais aucunement l’intention de laisser ces choses s’immiscer dans ma lutte contre la maladie. Je voulais conserver une attitude positive. J’ai une cousine en Inde qui combat un cancer de l’ovaire depuis cinq ans. Frappons du bois, mais elle va bien, et ça m’encourageait. Si elle pouvait vaincre la maladie, je pouvais la vaincre également. Ça m’encourageait de penser ainsi.

Ce que j’ai besoin de savoir Je ne voulais rien savoir au sujet du cancer que j’avais. Je ne voulais pas en connaître la sorte ou la pathologie, et ce, malgré le fait que certains membres de ma famille travaillent dans le domaine médical et qu’ils voulaient que je me renseigne davantage à ce sujet. Je ne veux rien savoir à ce sujet-là. Je veux simplement savoir ce qu’il faut que je fasse pour le contrôler. Par exemple, ce qu’il faut manger, les exercices qu’il faut faire, les exercices de yoga que je devrais effectuer ou les suppléments vitaminiques que je devrais prendre pour résorber la progression des cellules cancéreuses. Je fais également toutes ces choses pour mes membres de famille parce que, apparemment, les garçons sont également prédisposés aux cancers génétiques. C’est une chose que j’ai apprise. Par conséquent, j’essaie de créer de nouvelles habitudes. Mes factures d’épicerie ont monté en flèche. Mon mari se plaint parce que je l’oblige à acheter du brocoli, des avocats, du cresson et bien d’autres choses qui contribuent à nous protéger contre le cancer. C’est l’une des choses que je fais.

Confusion mentale Pendant mes traitements de chimiothérapie, je n’avais qu’à me préoccuper de moi. Mon monde était donc beaucoup plus restreint. À mesure que l’on commence à se sentir mieux, d’autres réalités commencent à se manifester et il faut y prêter attention. C’est vraiment difficile, parce que l’on ne réalise pas vraiment, jusqu’à ce moment là, que l’on a fait abstraction de bien des aspects du passé pour s’occuper du présent. C’est intellectuellement épuisant de recommencer à s’occuper de ces choses-là, parce qu’il y a tellement de choses qu’il faut se rappeler tout d’un coup. Il m’arrive de penser que je dois dire quelque chose à mes enfants ou à mon mari et de l’oublier. Mon mari me demande parfois « n’oublie pas de me le rappeler », et je lui réponds alors « n’oublie pas de me rappeler de te le rappeler, parce que je ne me souviens même pas si j’ai mangé quelque chose ce midi ». C’est une sensation très étrange, parce que, tout en parlant, on constate que l’on a perdu le fil de ce que l’on disait. J’ai lu quelque chose au sujet de la confusion mentale, et j’en suis atteinte. C’est vraiment déconcertant.

Un petit pas à la fois Chaque jour je me dis que je peux en faire un peu plus. Je reprends donc tranquillement le cours de ma vie normale. Je n’aime pas être malade. Je n’aime pas avoir l’impression de devoir dépendre des autres, il faut donc que je fasse les choses moi-même. La décision la plus difficile a probablement été celle de retourner travailler, parce qu’il faut s’y préparer mentalement et physiquement et qu’il faut avoir la force physique requise pour le faire. Mentalement, il faut se préparer et se dire qu’il y a une chose de plus à faire pour reprendre un peu plus le cours de sa vie normale. J’avais un emploi à plein temps auparavant. Pour y parvenir, il faut donc prendre les choses une journée à la fois, une étape après l’autre. Il faut panser bien des plaies, qu’elles soient émotives ou mentales. Bien coiffée, bien maquillée, on ressemble à une personne en bonne santé, on peut ressembler à toutes les autres personnes qui font une marche et qui sont en santé. Intérieurement, on sait toutefois qu’on a encore des plaies à panser.

La question sans réponse J’étais vraiment en colère. Croyez-le ou non, j’en voulais à Dieu. J’ai eu beaucoup de difficulté à accepter ce qui m’arrivait, parce que j’ai toujours été une personne pieuse, que je fais toujours ce qu’il faut faire et que je ne pourrais faire de mal à personne. Pourquoi estce que ça m’arrivait à moi? Pourquoi? Personne ne pouvait me donner une réponse, personne ne pouvait me dire pourquoi ça m’arrivait à moi. Mais quelqu’un est entré dans ma vie et m’a expliqué que lorsque l’on croyait en Dieu, on ne lui demandait jamais pourquoi les choses arrivaient comme elles arrivent, parce que, peu importe ce qui arrive, que ce soit la maladie ou toute autre épreuve, il y a toujours quelque chose de bien qui en découle. Dieu a toujours un plan. J’ai arrêté de me poser des questions. Je ne veux plus essayer de savoir, parce que personne ne connaît la réponse et que je préfère me concentrer sur la manière d’aider les autres à vivre cette expérience de manière positive. La colère a disparu. Une paix s’est maintenant installée en moi, et je crois que c’est important de l’entretenir. Il faut se libérer de la colère ou de la tristesse qui nous habite et se laisser bercer par la tranquillité qui la remplace. Cette tranquillité nous renforce, et cette force est la seule chose qui nous permet vraiment de combattre cette maladie avec lucidité.

Ne jamais remettre à plus tard Je veux faire tout ce que font les autres, et je ne veux pas m’empêcher de faire quelque chose parce que j’ai peur. Si mes fils vont faire du ski, je veux aller en faire avec eux. Maintenant, je vais pendre une marche tous les jours, même lorsqu’il fait froid. Ça me plaît. Pourtant, je détestais le froid auparavant. J’aime essayer différentes choses. Me rendre au centre Wellspring et offrir de l’aide à d’autres personnes est une forme de courage que j’apprends parce que je suis touchée par cette maladie. Cette entrevue constitue une autre manière d’apprendre à composer avec ce que je ressens. C’est une forme de guérison intérieure. Il y a une liste interminable de choses que je veux faire, et cette maladie m’a fait réaliser qu’il ne faut jamais rien remettre à plus tard, il faut vivre pleinement le moment qui passe.

Fin de l’entrevue

Last updated: October 31, 2011