Pert – What I learned about myself



“I’ve tried to look at this from the point of view of, ‘this doesn’t suit me at all and if I had the choice I would have taken up needle point or something…”

At the time of the interview, Pert was a wife, mother and grandmother. She worked in public relations.

Pert was diagnosed with colorectal cancer at the age of 73.

Pert passed away in March 2010.

Related Videos

Pert’s clips can be found in the following themes:

English Transcript

Interview Transcript: Pert

Pert worked in public relations. At the time of the interview, she was a wife, a mother
and a grandmother.
Type of Cancer: Colorectal Cancer
Age at Diagnosis: 73
Year of Diagnosis: 2007
Treatment: Surgery, Chemotherapy and Radiation.
Date of Interview: June 2009

Pert passed away in March 2010.

My name is Pert Reid. I’m 74 years old. I live in Toronto, Ontario. I was diagnosed in late 2007 with colorectal cancer.

Coping
I’m quite an emotional person by my nature—you know, I laugh easily and I cry easily. But I decided fairly early on that I would take time a couple of times a day… I don’t call it meditation, I just call it taking time. And I sort of think through the circumstances of my life and if I need to weep I do. If I need to make some notes about something I want to plan for, I do. And then I try to sort of set it aside. Nearly everybody has problems from time to time and sometimes ongoing. And that if you find that it’s sort of overwhelming you and that you’re in a chronic state of upset and feeling anxious and panicky, then try to compartmentalize it a bit. Think of a box if you like. Imagine what the box looks like if you want to, if that helps, and try to take some specific time—and I don’t take a long time, I take maybe 10 minutes twice a day. I’ve tried to look at this from the point of view of, “This doesn’t suit me at all and if I had the choice I would have taken up needlepoint or something instead but since I’m dealing with it, it is what it is and I might as well cope with it as well as I can.” And I’m a person who usually says, “I’ll do the best I can,” and then I do try to. Now probably not all the time, but I do try to.

A difficult procedure
I had internal surgery where they removed all the problem area, they thought, in my lower intestine. Then they rerouted my intestine around to my left abdomen and they cut a hole there, which is called a stoma. And basically the end of your intestine is just at that point, on your skin, and you wear what some people call a bag, but it’s actually called a pouch. At first I was very cowed by the idea of having it. I thought, “Yikes, ick, awful, bad.” For the first couple of days after I came home from the hospital I was very on edge, wondering if it was going to explode off my body, or what on earth would happen and how would I deal with it, and good Lord, heaven only knows, you know; my whole body would be spilling out all over the floor or something. But it turned out to be working fine. They trained me well at the hospital and much though I was horrified at the idea, I mean it just had never occurred with me, and I’d never known anybody who’d had one, at least they may have had one but I didn’t know about it. It’s been a lot less of a headache than I thought it would be. So I’m very pleased to be able to say that.

The dreaded hair loss
In my first phase of treatment with the concurrent radiation and chemo, I lost about half my hair. But I kept enough that I was able to manage. My hair was fairly long and I was able to manage fine and I think that I looked OK. However, just before I had the second treatment, over about a four-day period my hair just came out in wads. I would brush it and it was just a handful of hair, I would brush the other side and a handful of hair. I was just looking at it like, “I can’t believe it.” But I wasn’t really—I was surprised, but I wasn’t really surprised, let’s say. It’s a bit unsettling when you’re used to seeing yourself with hair to suddenly find you’re as bald as a billiard ball. And I think psychologically that was hard for me for about a week. And that started about three weeks ago so I’m now two weeks past the worst of my upset and I’m not loving it but I’m fine. Do you know what I mean? I wish it wasn’t so but as I say, I think the Lord was looking after me. I have a very nice collection of scarves that I didn’t use very much so they’re coming into use and I’m going to go back now and be fitted for a wig and I’ll probably need it for sure. So that was probably harder on me than I imagined it would be and it seems a rather superficial concern but I guess everybody has ego and I think appearance is part of that. You know?

What I’d tell my best friend
I think my age has quite a lot to do with my attitude across the board. I’m 74, I’ll soon be 75, and even in today’s modern times, that’s old, you know, and I realize that. So I think it gives me a slightly more cheery outlook, but I would say take heart because it’s not as intimidating as you first imagine. There are lots of aspects of it that I would just as soon not have to be bothered with but try to do it a day at a time, try not to borrow trouble. I hope that you will learn to have lots of confidence in your doctors and if you don’t, I would suggest maybe trying to find some other ones. One of the things that I maybe underestimated slightly was coming home from the hospital after surgery, and probably the period after my first concurrent radiation and chemo, that I was a little bit weaker than I had expected to be. I think it’s a good idea for people to shop ahead, have frozen foods available or make alternative plans with a neighbour to come in and help at mealtime. I know once in a while I would be in the kitchen trying to turn a pork chop and thinking, “I think I might faint,” you know? So I think I’ve learned that lesson quite well.

Reflections
If I was looking at this very subjectively but hadn’t been a patient yet, I don’t think I could have had any idea of the breadth and length and depth of the experience. Because it is a very all-encompassing type of thing and that is partly literally the disease and partly the myth around the disease, I think. I realize I live in a good country, where I’m safe and I’m comfortable and I’m fed and I’m housed and I’m clothed and I have fun and a great family and friends and I have some health problems and we’re dealing with them as well as we can. So I am very grateful, I really am. I think there is no question that adversity helps to focus your thinking and you know, you do think about your priorities and you certainly can see what the problems are. And you can’t anticipate the future and really there’s not a lot of use in that. Why borrow trouble, I say. It’s made me smarten up and I’m sure we all need that occasionally and I’m very grateful. I know I’m in a good place for my situation and I’m very pleased about that.

End of Transcript

Transcription française

Transcription de l’entrevue: Pert

Pert a travaillé en relation publique. Elle est mère de famille et grand-mère.

Type de cancer: cancer colorectal
Âge au moment du diagnostic : 73 ans
Traitement: chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie
Date de l’entrevue: juin 2009
Pert est décédée en mars 2010.

Je m’appelle Pert Reid. J’ai 74 ans et je vis à Toronto, en Ontario. À la fin de 2007, j’ai
appris que j’avais un cancer colorectal.

L’adaptation
Je suis d’une nature très émotive, c’est-à-dire que je ris et je pleure très facilement. J’ai toutefois décidé très tôt de m’accorder du temps une ou deux fois par jour. Ce n’est pas de la méditation, c’est seulement du temps que je me donne. J’en profite pour me recueillir sur ma situation. Si je ressens le besoin de pleurer, je le fais. Si j’ai besoin de prendre des notes pour me rappeler quelque chose plus tard, je le fais. J’essaie ensuite de faire le tri dans tout cela, et je passe à autre chose. Presque tout le monde est confronté à des difficultés passagères, parfois même permanentes. Lorsque je me sens dépassée par les événements ou que je me trouve dans un état chronique de bouleversement, d’anxiété ou de panique, j’essaie de compartimenter tout cela un peu. Imaginez une boîte, si vous le voulez. Essayez de la visualiser, si ça vous aide, et accordezvous un peu de temps, pas beaucoup, à peine 10 minutes, deux fois par jour. J’ai essayé d’aborder mon cas en me disant que je n’avais pas choisi ce qui m’arrivait et que, dans les faits, si j’avais eu le choix, j’aurais probablement décidé d’apprendre à faire de la broderie ou quelque chose du genre plutôt que d’avoir un cancer. Mais la réalité est ce qu’elle est. Je n’ai donc pas vraiment d’autre choix que de devoir composer avec elle du mieux que je le peux. Je suis le genre de personne qui se dit toujours qu’elle va faire de son mieux, et je m’y efforce. Ce n’est probablement pas toujours le cas, mais j’essaie vraiment.

Une opération difficile
J’ai subi une intervention chirurgicale qui a permis aux médecins de procéder à l’ablation de toutes les parties du côlon descendant qu’ils croyaient infectées. Ils ont ensuite dérivé mon intestin et pratiqué une ouverture, appelée stomie, sur le côté gauche de mon abdomen. Mon intestin se termine par un abouchement à la peau, et je porte ce que les gens appellent souvent un sac. Ça s’appelle toutefois une poche. Au début, j’en avais presque des haut-lecoeur. Je me disais que c’était dégoûtant, répugnant et repoussant. Pendant les jours qui ont suivi mon congé de l’hôpital, j’étais vraiment inquiète. Je me demandais si la poche pouvait éclater soudainement ou ce qui se produirait et comment je réagirais si le contenu de mes intestins se déversait sur le plancher. Mais rien de tout cela n’est arrivé. Le personnel de l’hôpital m’a bien préparée, même si j’étais inquiète simplement d’y penser. Voyez-vous, je n’aurais jamais imaginé qu’une telle chose puisse m’arriver, et je ne connaissais personne qui avait eu une telle intervention. Je suis toutefois heureuse de pouvoir dire que les choses se sont déroulées beaucoup mieux que je ne l’aurais cru.

La terrifiante perte de cheveux
Pendant la première phase du traitement, qui comportait des séances de radiothérapie et de chimiothérapie, j’ai perdu à peu près la moitié de mes cheveux. Il m’en restait toutefois suffisamment pour me coiffer. En effet, mes cheveux étaient plutôt longs et je pense que je pouvais me débrouiller assez bien. Par contre, juste avant le deuxième traitement, j’ai perdu presque tous mes cheveux en à peine quatre jours. Je perdais mes cheveux à une vitesse effarante. Ils tombaient par poignées lorsque je les brossais. D’une certaine façon, j’étais surprise, sans toutefois l’être vraiment. Il va sans dire que c’est plutôt déconcertant lorsque l’on a l’habitude de se voir avec des cheveux et que l’on se retrouve soudainement chauve comme un oeuf. Sur le plan psychologique, je crois que ça m’a pris environ une semaine pour accepter cette situation. Ça fait environ trois semaines que tout cela a commencé, ça fait donc deux semaines que j’ai traversé le plus gros de la crise. Je n’aime rien de tout cela, mais je m’en sors. Me comprenez-vous? Je préférais que la réalité soit tout autre. Je suis toutefois convaincue que le Bon Dieu veille sur moi. J’avais une très jolie collection de foulards que je n’utilisais presque jamais. Elle se révèle maintenant très utile. Je dois également retourner à l’hôpital, où l’on m’ajustera une perruque dont j’aurai certainement besoin. J’ai probablement eu plus de difficulté à accepter ma perte de cheveux que je ne l’aurais imaginé. C’est une préoccupation qui peut sembler très superficielle. Je crois toutefois que l’on a tous un certain degré d’amour-propre et que notre apparence y joue un rôle. Me comprenez-vous?

Ce que je dirais à ma meilleure amie
Je crois que mon âge explique bien des choses en ce qui a trait à mon attitude en général. J’ai 74 ans, j’en aurai bientôt 75. Même de nos jours, c’est tout de même un âge respectable. J’en suis parfaitement consciente. Je crois donc que mon âge m’aide à voir la réalité d’une manière légèrement plus positive. Quoique, dans les faits, cette réalité ne soit pas aussi intimidante qu’elle s’annonçait l’être au départ. Bien entendu, je préférais ne pas avoir à composer avec bien des aspects de cette réalité. J’essaie toutefois le plus possible de vivre au jour le jour et de ne pas trop m’en faire avec l’avenir. Dans un cas comme celui-ci, il faut accepter de faire énormément confiance à ses médecins. Si l’on en est incapable, il est fort probablement recommandable d’essayer d’en trouver d’autres. Je ne m’étais pas suffisamment préparée pour mon retour à la maison après la chirurgie et pour la période pendant laquelle j’ai subi simultanément des séances de chimiothérapie et de radiothérapie, parce que je me sentais plus faible que je ne l’avais prévue. Je recommanderais donc aux gens dans une telle situation de faire leurs emplettes à l’avance pour se procurer des plats surgelés ou de s’entendre avec des voisins pour obtenir leur aide à l’heure des repas. Il m’est arrivé d’avoir eu peur de m’évanouir pendant que je faisais frire une côtelette de porc. Je pense que c’est une leçon que j’ai bien assimilée.

Mes observations
Si je tentais d’évaluer toute cette situation de manière objective, sans avoir vécu mon expérience en tant que patiente, je crois que je serais incapable de pouvoir vraiment en imaginer l’ampleur, la portée et la durée. En fait, je crois que la combinaison de la maladie et du mythe qui l’entoure nous accapare entièrement. Je sais que je vis confortablement et en sécurité dans un pays développé, que je suis nourrie, logée et habillée, que je suis heureuse, que j’ai une belle famille et d’excellents amis et que j’ai des problèmes de santé que nous traitons de notre mieux. Je suis reconnaissante pour tout cela, je le suis vraiment. Je n’ai aucun doute que l’adversité nous aide à nous concentrer sur les choses importantes, à réorganiser nos priorités et à évaluer nos problèmes avec plus de clarté. Il est impossible de prédire l’avenir, et c’est un exercice tout à fait inutile. Je me demande pourquoi je m’en ferais avec des choses que je ne connais pas. Les circonstances m’ont obligé à tout réévaluer. Je suis très reconnaissante parce que je sais que j’ai de la chance pour une personne dans ma situation. Et, je m’en réjouis.

Fin de l’entrevue

Last updated: October 31, 2011