Veronica – What I learned about myself



“Even just hearing the word cancer, it just scared me, but when I was diagnosed that’s when it’s scary but you have to fight it and you have to stay positive and count your blessings and be around positive people.”

Veronica works for the Kivalliq Inuit Association as the Lands Administrator.

She was diagnosed with breast cancer at the age of 42.

Related Videos

Veronica’s clips can be found in the following themes:

English Transcript

Interview Transcript: Veronica

Veronica works for the Kivalliq Inuit Association as the Lands Administrator.
Type of Cancer: Breast Cancer, grade 2
Age at Diagnosis: 42
Year of Diagnosis: 2006
Treatment: Lumpectomy followed by chemotherapy and radiation. All of her treatment was in Winnipeg, Manitoba
Date of Interview: October 2010

Introduction in Inuktituk.

My name is Veronica Tatutinee, I’m 42 years old, I live in Rankin Inlet, Nunavut, and I had to travel to Winnipeg, Manitoba, for my treatments and that’s, like, 1,000 miles south of here. I had eight cycles for my chemotherapy and a year of Herceptin treatments and seven weeks of radiation.

Getting the news
I received a phone call to say that it was positive and I think I was—I went numb. I was expecting the call but I didn’t expect to hear it over the phone. I thought they might want to bring me in and tell me in person but I guess because they are in Winnipeg and I’m here in Rankin, they told me over the phone. I remember what time it was, I remember what day it was… I knew that I had to tell someone because I knew that I couldn’t hang onto it and at the time, my common-law husband, he was ready to go on a big trip to Europe so he wasn’t here, and I went to my parents’ house and I told them that it was positive for breast cancer and after we had a good cry—and we did—right then and there I thought, “I’m going to fight this.” Why not me? Instead of saying, “Why me and why me?” I didn’t want to have that attitude. I said, “Why not me?” I have to prove that this can be beaten.

Travel
I had an option of staying in Winnipeg for four months but I didn’t want to do that so I chose to do the three weeks and go for my treatment; go back home for three weeks. So I did that from November to April and then a year from that I had the Herceptin treatment every three weeks. I travelled quite a bit: “Good afternoon ladies and gentleman, welcome to Rankin Inlet. Local time is approximately 10 minutes to 2:00 and on behalf of the entire crew we thank you very much for flying with us today; we look forward to seeing you the next time you fly. Once again welcome to Rankin Inlet and have a pleasant day.”
They did try to get me to have treatment here one time but it was too expensive for the government to send a nurse up here. I got used to travelling and I was so happy to have an escort the whole time. It’s more of a mental thing—you don’t want to go through this by yourself. No matter how strong you are, it’s always good to have someone right there beside you. It does get tiring because they would send us down Monday and want us to come home on the Wednesday but sometimes Bob would just change it to Thursday just so that I could just get an extra day of rest. Because once I would go to bed I would sleep that day and a half at least and then go. I would just be tired all the time.

Losing my hair
I started losing my hair right away. Right after my first treatment, I could see hair and so when I got back home I got my sister to give me a buzz cut and I was fine with that, but after more treatments my hair was just falling off, like I could just touch it and it would just be falling off, so I got her to really, right down to my scalp, cut my hair. And when I looked at myself in the mirror the first time I just started crying. I was trying to be very strong and not cry because I thought, “It’s going to grow back,” but this is your hair and…it’s a part of you and it was hard for the first little bit. And then I lost my eyebrows, not completely but—and then I lost my eyelashes and body hair and that was very strange. But at the same time, I didn’t have to shave my legs or anything—that was the fun part. But yeah, it was very different to lose my hair.

Support
I didn’t know anyone else that had breast cancer. It’s like I went there, got my treatment and I went to Bob’s family. So I didn’t do anything. And even if I wanted to, because I didn’t live there, I know there were things offered, like different nights, but because I travelled Monday, had my treatment Tuesday, went home Wednesday, I couldn’t accept whatever they had offered. I don’t think there’s a cancer society in Nunavut. I don’t know if there is in NWT; I’ve never tried to find out. I was so busy concentrating on my treatments, I didn’t ever look elsewhere. But one of my homecare nurses told me I should start a support group here and I did try but I’m the only one with breast cancer in Rankin Inlet and at the time I didn’t really know of anyone else that had cancer, and it was just hard, like it’s a small town, and someone even told me that Inuit didn’t do that, so I just sort of stopped trying to look and I’ve never tried to start it again.

Taking time
Just living one day at a time, I really didn’t look to the future. I couldn’t even think of what the end result would be but I just took it one day at a time and that’s the only thing I could do. And looking at my family and friends, I knew that I was going to be OK because I had lots of support and I spent a lot of time alone too, when I got home, because of the chemotherapy. It makes you weak, it kills all your good cells and we didn’t allow anyone to come to our house that had a cold, so I just enjoyed the time off work and just stayed home. And I thought the year would be long but it went very fast for me. Even Bob couldn’t believe that I did so well without doing anything. I didn’t do a whole lot but I just really enjoyed staying home and just taking the time to myself.

How cancer changed me
I never thought I would ever get cancer. Even just hearing the word cancer, it just scared me, but when I was diagnosed that’s when it’s scary but you have to fight it and you have to stay positive and count your blessings and be around positive people. And I kept myself away from negative people and anytime I saw anyone crying I would sometimes just walk away or just cry with them, hug them, cry with them. I’m always an encourager in life, I encourage people to cry because I think it’s good medicine. Whenever I do try to be strong I break down anyway, so I encourage people to cry and release and I think that makes you stronger too. I was always a very shy person growing up, I was scared of lots of things and I was not a very outspoken person. I was always a follower: if you told me to do it I would do it without question. But I felt like part of me is like, not a full leader but it made me a stronger person. I can do things that I never thought I could do before, and more aware, just more aware of things around me, and life is short and I try to make the best of it and it’s pretty much back to normal for me.

End of Transcript

Transcription française

Transcription de l’entrevue: Veronica

Veronica est administratrice foncière pour l’association des Inuits de Kivalliq
Type de cancer: cancer du sein, stade II
Âge au moment du diagnostic: 42 ans
Année au moment du diagnostic: 2006
Traitement: tumorectomie, suivie d’une chimiothérapie et d’une radiothérapie. Elle a reçu tous ses traitements à Winnipeg, au Manitoba
Date de l’entrevue: octobre 2010

Introduction en langue inuite.

Je m’appelle Veronica Tatutinee. J’ai 42 ans, et j’habite à Rankin Inlet, dans le Nunavut. J’ai dû me rendre à Winnipeg, au Manitoba, soit à 1 000 kilomètres au sud d’ici, pour recevoir mes traitements. J’ai subi huit cycles de chimiothérapie, j’ai pris Herceptin pendant un an, et la radiothérapie a duré sept semaines.

Apprendre la nouvelle
On m’a appelée pour me dire que les résultats de mes tests étaient positifs. J’étais en état de choc. Je m’attendais à recevoir cet appel, mais je ne m’attendais pas à apprendre cette nouvelle au téléphone. J’avais l’impression qu’on me l’apprendrait en personne. Je présume toutefois qu’ils ont préféré me l’apprendre au téléphone, puisqu’ils sont à Winnipeg et que je suis à Rankin Inlet. Je me souviens très bien du moment exact et de la journée. Je savais qu’il fallait que je me confie à quelqu’un, parce que c’était trop pour moi. Mon conjoint de fait, à l’époque, se préparait à aller faire un gros voyage en Europe avec son neveu. Il n’était donc pas à mes côtés. Je me suis alors rendue chez mes parents, et je leur ai annoncé que les résultats de mes tests de dépistage du cancer du sein étaient positifs. Nous avons beaucoup pleuré. C’est toutefois à ce moment que je me suis dit que j’allais combattre ce cancer. Je ne me demandais pas « pourquoi moi », mais plutôt « pourquoi pas moi? ». Je ne voulais pas adopter une attitude défaitiste. Je me suis donc dit « pourquoi pas moi? ». Il fallait que je puisse démontrer que j’allais vaincre ce cancer.

Les déplacements
On m’a proposé d’aller vivre à Winnipeg pendant quatre moi, mais ça ne m’intéressait pas. J’ai préféré y aller pendant trois semaines pour recevoir mes traitements, et revenir à la maison pendant trois semaines. J’ai fait ce va-et-vient de novembre à avril, et j’ai ensuite pris Herceptin toutes les trois semaines. Je me suis donc déplacée considérablement : « Bonjour mesdames et messieurs. Nous vous souhaitons la bienvenue à Rankin Inlet. Il est approximativement 14 heures 10, heure locale. Au nom de l’équipage, nous désirons vous remercier d’avoir voyagé avec nous aujourd’hui. Nous espérons vous revoir bientôt. Une fois de plus, nous vous souhaitons la bienvenue à Rankin Inlet et une excellente journée. »

Ils ont bien essayé de me prodiguer mes traitements ici, mais le budget accordé par le gouvernement ne permettait pas de faire venir une infirmière jusqu’ici. Je me suis habituée à voyager. À chaque fois, j’étais bien contente de pouvoir compter sur quelqu’un pour m’accompagner. Ce n’est bien entendu qu’un support moral, mais aucun être humain ne veut être obligé de vivre seul une telle expérience. On a beau être fort, c’est réconfortant de pouvoir compter sur la présence de quelqu’un. C’était épuisant toutefois, parce que nous devions nous rendre à Winnipeg le lundi, et revenir le mercredi. À quelques reprises, Bob a reporté notre retour au jeudi, afin de me permettre de me reposer une journée de plus. Après les traitements, je m’allongeais, et je pouvais dormir sans arrêt pendant une journée et demie. Nous pouvions ensuite rentrer à la maison. Je me sentais constamment épuisée.

La perte de mes cheveux
J’ai commencé à perdre quelques cheveux immédiatement après le début de mes traitements. Lorsque je suis rentrée à la maison, j’ai donc demandé à ma soeur de me couper les cheveux très courts, ce qui ne me dérangeait pas vraiment. Un peu plus tard, j’ai commencé à perdre le reste de mes cheveux. Je n’avais qu’à toucher mes cheveux, et ils tombaient. C’est à ce moment-là que j’ai demandé à ma soeur de me les raser complètement. Lorsque je me suis vue dans le miroir, je me suis mise à pleurer, même si je ne voulais surtout pas m’apitoyer sur moi-même. J’essayais d’être impassible et de me convaincre que mes cheveux allaient repousser. Au début, j’ai eu de la difficulté à accepter la perte de mes cheveux. J’ai ensuite perdu presque tous mes sourcils. J’ai finalement perdu mes cils et la majorité des poils qui couvent mon corps. Je n’avais plus besoin de m’épiler les jambes ou d’autres parties du corps. La perte de mes cheveux a toutefois été une expérience très étrange.

Soutien
Je ne connaissais personne qui avait déjà eu un cancer du sein. J’avais l’impression que ma vie se limitait à me rendre à Winnipeg pour y recevoir mes traitements et à revenir vivre avec la famille de Bob. Je ne faisais absolument rien. Je savais que l’on offrait différentes activités à Winnipeg. Je n’aurais toutefois pas pu y participer même si je l’avais voulu, parce que nous arrivions le lundi, que je recevais mes traitements le mardi et que nous rentrions à la maison le mercredi. Je ne crois pas qu’il y ait une société du cancer au Nunavut. Je ne sais même pas s’il y en a une dans les Territoires du Nord-Ouest. Je n’ai jamais essayé de le savoir. J’étais beaucoup trop occupée à me concentrer sur mes traitements. Je n’ai donc jamais essayé de connaître les programmes qui étaient offerts ailleurs. L’une des infirmières qui me prodiguaient des soins à domicile m’a suggéré de créer un groupe de soutien. J’ai essayé, mais je ne connaissais personne d’autre qui avait eu un cancer du sein à Rankin Inlet et je ne connaissais pas vraiment qui que ce soit dans la région qui avait déjà eu une forme quelconque de cancer. C’était une tâche vraiment difficile, car Rankin Inlet est une toute petite localité. Quelqu’un m’a même dit que les Inuit ne parlent jamais de ce genre de chose. C’est par la suite que j’ai mis fin à mes efforts pour essayer de créer un groupe de soutien, et je n’ai jamais tenté d’en créer un depuis.

Prendre son temps
Je vivais au jour le jour, sans essayer d’envisager l’avenir. Je n’essayais même pas de penser à ce qui allait arriver. Je vivais donc sans penser au lendemain, et c’est tout ce que j’étais capable de faire. Je savais que je m’en sortirais, parce que les membres de la famille et mes amis m’aidaient énormément. Je passais aussi pas mal de temps seule à la maison, parce que j’étais épuisée après la chimiothérapie. En outre, comme elle détruit les bonnes cellules tout autant que les mauvaises, nous ne laissions personne qui avait un rhume nous visiter à la maison. J’ai profité de ce congé forcé, et je restais bien sagement à la maison. J’avais peur que l’année soit interminable, mais elle s’est écoulée très rapidement. Bob, lui-même, n’en revenait pas que je puisse me sentir si bien à ne rien faire. Je n’ai pas accompli grand-chose pendant cette année-là, je n’ai fait que profiter du temps que je pouvais passer à la maison, et j’ai fait bien attention de prendre soin de moi.

Comment le cancer m’a-t-il marquée?
Je n’aurais jamais cru que je puisse être atteinte d’un cancer. Il me suffisait d’entendre prononcer le mot cancer pour en avoir des frissons. J’ai eu vraiment peur lorsque j’ai appris que j’avais un cancer. Il faut toutefois le combattre, maintenir une attitude positive, s’accrocher aux bonnes nouvelles et s’entourer de personnes qui perçoivent l’avenir avec optimisme. Je me maintenais loin des personnes pessimistes. Si une personne versait une larme, je me permettais toutefois de l’étreindre et de sangloter avec elle. J’ai toujours aimé encourager les gens, et j’encourage les gens à pleurer, parce que je suis persuadée que ça permet de soulager bien des choses. J’ai beau essayer d’être impassible, il m’arrive de pleurer. J’encourage donc les gens à pleurer et à exprimer leurs émotions parce que je suis convaincue qu’elles nous renforcent. Dans mon enfance, j’étais une personne très timide. Bien des choses m’effrayaient, et j’étais plutôt réservée. J’avais tendance à faire ce que l’on me demandait de faire sans poser de questions. Une partie de moi, sans toutefois accaparer toute la place, semble être maintenant beaucoup plus forte. Je sais que je suis capable de faire des choses que je n’aurais jamais cru être capable de faire auparavant. Je suis plus consciente de mon entourage. Je sais que la vie est courte, et j’essaie d’en profiter le plus possible. D’une certaine façon, ma vie a repris son cours normal.

Fin de l’entrevue

Last updated: October 31, 2011