Gill’s breast cancer journey



“This may sound weird but I think this entire experience of having breast cancer has been less awful than I anticipated and, what I mean by that is, it’s awful and I would never wish this on anybody. But somebody who had cancer a few years ago said to me you’d never wish cancer on anyone but there are things that you can experience when you have cancer that you can’t experience any other way.”

Gill is a writer and television personality. She is married with three young boys.

She was diagnosed with breast cancer at the age of 42.

Related videos

Gill’s clips can be found in the following themes:

English transcript

Interview transcript: Gill

Gill is a writer and television personality. She is married with three young boys.

Type of cancer: breast cancer
Age at diagnosis: 42
Year of diagnosis: 2009
Treatment: mastectomy and radiation therapy
Date of interview: August 2009

You hear a cancer diagnosis and you think, “Doom, gloom, bad news, bad story, could only have a bad ending,” and you can’t anticipate the beautiful things that happen along this path.

My name is Gill Deacon. I am 43 years old. Just before my 43rd birthday, I discovered a lump in my left breast, and just after my 43rd birthday I had a mastectomy. And I am now, four months later, one week away from finishing my five-week radiation treatment. And then I’ll have some hormone therapy and a few fine tinkerings with some injections, but mostly I’ll be done.

Losing a breast

A few people had told me not to look at my scar until I was ready. And I had 24 staples in it, which is just… Just knowing that made me know I didn’t want to look. And then there was just a bandage there and I kept wondering, “When am I going to look?” And you’re showering and you’re trying not to look at the area because, just… I just didn’t want to spook myself. And one day I just, I was just actually walking out the back door of my house and I just looked down. I didn’t plan it, it wasn’t this big dramatic befriending of my scar, I just looked down and thought, “This is OK.” I touched it slowly and I sort of decided to love my body and be friends with my new situation, and then I just looked gradually more and more. Now I’m totally used to it, and my kids-I walk around just totally normal now. And it’s only been two or three months, so it’s amazing how quickly you can get used to something that you just never could have conceived of before.

Sharing the news

I’m a pretty open-book kind of person. I’m a talker. I tell people things. It was a no-brainer for me that I was going to tell people. I have a public life that I did not share this information with until now, but I told all my friends and acquaintances and I wanted everybody to be included in that information. I felt awful at the thought of somebody who knows me hearing that from someone else; having seen me and not had me tell them. So, I told people really candidly. In a way, telling people is empowering. Telling your friends and your family with a degree of confidence that I chose to have was very empowering: to say that yes, this is happening. I’m in charge of it, I’m not scared of it, I’m not going to cower in the face of that C word. I’m going to say it, I’m going to own it, I’m going to rock it, I’m going to get through it. It was really important to me to not… not be afraid of it that way.

Telling my kids

The other thing that was really important to me about disclosing the information was to tell my kids. I couldn’t go… I didn’t last more than about three days without telling my kids. Everybody is different on that score, but for me, I wanted this to be an opportunity for us to experience something as a family and to see that we would rise to this challenge and we’d get through it. And I wanted them to be part of-in age-appropriate ways, wanted them to be part of the whole thing. So at the time, my kids were, well, six, eight and 10, my three boys… So I had a couple of notes written down on a piece of paper and we, at the dinner table one night, said, “You know, we have something we really want to talk to you guys about.” And never in my life as a parent have I had my children’s undivided attention and silence like I had after I said the C word. Mommy has cancer-ugh. And my eight-year-old said, “Is it the dying kind?” And I said, “No, it probably isn’t. No, actually I should be fine.” And he said, “OK.” And he’s pretty much fine since then. Which was such a funny shocker to me and it helped me realize that this doesn’t have to be as big a thing for them as it is for me. We anticipated having that basic conversation with all three of our kids and we also anticipated-and it turned out to be the case-that the older one, who was almost 11, would need a separate, much different, conversation, which we had. And he was much more sensitive and processed it in a whole different way, and so I was really glad to have that oneon- one time with him. We had one of the most meaningful, special, unforgettable conversations and moments of my life as his mother in that time. So it was very important to me to share that with him and to have him know that he could be part of this in whatever way he felt comfortable. And then throughout the course of my treatment, they followed the twists and turns in the story: this is happening; oh, now this isn’t happening. And, you know, Mom only has one breast now and this is what it looks like and this is what it feels like. It’s just become part of their normal life.

My new body

The thing that I am finding the hardest to move on from is my sense of sexuality and being a beautiful sexy person who has one breast missing, [who] looks like a boy on the left-hand side. I think it’s a lot of work to love yourself and your body when it’s been so butchered, really. And it’s a getting better and it’s a work in progress and I think that probably women should give themselves a break on that front. That’s what I’m trying to do. Just be OK with however long it takes to feel beautiful again or attractive again. And you know, I think it’s a really common-of course it’s a common issue and I would just say that for me, it’s a slow climb. It does get better every day. But it’s hard.

My mantra

Somebody said to me, “Don’t suffer future pain.” And you can certainly tie yourself in knots when you’ve been told you’ve got cancer, worrying about, “What if this happens? Will that hurt?” Duh, duh, duh. Right now, the birds are chirping and your kids are playing happily in the backyard or whatever the moment is; that’s all you have, really. Because a rock could fall on your house from outer space tomorrow. I mean, we really don’t… I never got forced to think that way until I got cancer and I really think it’s a great lesson to live by. To enjoy the moment. And there’s always something in your day that was great, whether it was a great phone conversation with a friend or a delicious meal, and being appreciative of those things when they happen is so… it’s just fuel for the tank. And I find it very helpful when you’re doing an MRI or all kinds of tests that get done on you and you’re going into places you’ve never been before and these complicated machines and scary-looking situations, and it’s easy to get anxious and it’s a really helpful-to just be. I’m here and I feel OK and I’m taking deep breaths and I can concentrate on my breath and just be in the moment. And the moment is usually totally fine. So I find that being-in-the-moment mantra really helpful both in those scary hospital moments but also in the bigger picture, just enjoying today. Yeah, maybe I have a cancer that’s going to come back in six months and I will die. I don’t know. But I can’t worry about that because how would that help? So I can just appreciate that I feel good today and I’m going to have a nice dinner with my family and that’s good. And that’s all I have.

Epiphanies

A lot of people seem to have those post-cancer awakenings or epiphanies where they think, “Oh my gosh, I’ve got to get all the toxic chemicals out of my house,” or “I’ve got to become vegan,” or “I’ve got to start doing yoga.” I kind of scratch my head because I’m doing those things already. So I’m not sure what my big epiphany will be from all this except maybe to be easier on myself. And just think I don’t have to be perfect and I don’t have to do it all and even if I do manage to do it all-whatever that is-it doesn’t inoculate me from the randomness of life. So there’s something about accepting that we just aren’t in control that’s very liberating.

End of transcript

Transcription française

Transcription de l’entrevue: Gill

Gill est écrivaine et animatrice d’émissions de télévision. Elle est mariée et est la mère de trois jeunes garçons.

Type de cancer: cancer du sein
Âge au moment du diagnostic : 42 ans
Traitement : mastectomie et radiothérapie
Date de l’entrevue: août 2009

Lorsque l’on apprend que l’on a un cancer, on pense immédiatement à « malheur, adversité, mauvaise nouvelle ou triste histoire qui ne peut que mal finir » et l’on oublie de penser aux choses agréables qui surviennent tout au long du parcours.

Je m’appelle Gill Deacon. J’ai 43 ans. Juste avant mon 43e anniversaire de naissance, j’ai constaté que j’avais une masse au sein gauche. Puis, j’ai subi une mastectomie juste après mon 43e anniversaire. Quatre mois plus tard, nous en sommes maintenant au point où la semaine prochaine je devrais finir une chimiothérapie qui a duré cinq semaines. Il ne me reste qu’à recevoir une hormonothérapie et quelques injections, et ce sera fini.

Perdre un sein

Des personnes m’avaient dit de ne pas regarder ma cicatrice tant que je ne serais pas prête. Il me suffisait de penser qu’il y avait 24 agrafes pour me convaincre de ne pas regarder. Je me demandais sans cesse à quel moment je jetterais un coup d’oeil sous le bandage. Lorsque je prenais une douche, j’essayais de ne pas regarder parce que je ne voulais pas me faire peur. Puis, un jour, je sortais dans le jardin, j’ai baissé les yeux par inadvertance et j’ai vu ma cicatrice. Je n’avais absolument pas prévu le faire et je ne me suis pas attardée à procéder un examen théâtral de ma cicatrice. J’ai simplement jeté un coup d’oeil à l’improviste et je me suis dit que ça allait. J’ai effleuré la cicatrice du bout des doigts. D’une certaine manière, j’ai alors décidé d’aimer mon corps et d’apprivoiser ma nouvelle situation. J’ai ensuite commencé à regarder ma cicatrice un peu plus longtemps d’une fois à l’autre. Maintenant, je m’y suis complètement accoutumée, tout comme mes enfants. Je fais maintenant comme si de rien n’était et pourtant ça ne fait que deux ou trois mois. C’est étonnant de constater à quelle vitesse nous sommes capables de nous adapter à quelque chose qui nous aurait semblé inconcevable auparavant.

Partager la nouvelle

Je suis une personne plutôt ouverte. J’aime parler et raconter ce qui se passe. Il ne faisait donc absolument aucun doute que j’allais partager la nouvelle. Je mène une vie publique et, à ce point de vue, je n’ai rien dit; du moins jusqu’à maintenant. J’avais toutefois besoin de le dire à tous mes amis et à tous les gens que je connais. Je voulais qu’ils soient tous au courant. J’étais effrayée à l’idée qu’une personne que je connais puisse l’apprendre de quelqu’un d’autre ou qu’une personne que j’avais rencontrée puisse penser que je ne lui avais pas annoncé la nouvelle moi-même. Je le disais donc aux gens très ouvertement. En quelque sorte, le dire aux autres constitue une démarche d’appropriation. Pouvoir le dire à ses amis et aux membres de sa famille avec le degré de confiance en soi que j’avais décidé d’avoir est une forme d’appropriation très significative. C’est une démarche qui confirme hors de tout doute que ce qui arrive est bien réel. Je prends le contrôle de la situation. Je refuse d’être effrayée par ce qui se passe, et je n’ai aucunement l’intention de me couvrir le visage en disant le mot cancer. Je vais le dire. Je vais me l’approprier. Je vais le combattre. Je vais le vaincre. Pour moi, c’est important de ne pas laisser la peur m’envahir par tout cela.

Le dire à mes enfants

L’autre chose qui était très importante pour moi était de le dire à mes enfants. Je ne pouvais absolument pas le leur cacher, et je n’ai pas pu me retenir plus de trois jours avant de leur dire. Je sais que les gens entretiennent différentes opinions à ce sujet. Dans mon cas toutefois, je voulais saisir l’occasion pour vivre cette expérience avec ma famille, pour que nous puissions relever ensemble ce défi et que nous en retirions tous quelque chose. Je voulais également qu’ils jouent un rôle actif, mais approprié pour leur âge, dans ce qui se passait. Mes garçons avaient alors trois, huit et dix ans. Je me suis préparée en rédigeant quelques notes sur une feuille de papier. Puis, un soir au souper, je leur ai dit que j’avais quelque chose de vraiment très important à leur dire. En tant que parent, je ne suis jamais parvenue à obtenir de mes enfants une attention aussi totale et un silence aussi parfait qu’après avoir prononcé le mot cancer. « Mon Dieu, maman a un cancer ». Mon fils de huit ans m’a alors demandé si c’était un type de cancer dont on meurt. Je lui ai répondu que non, que ce n’était probablement pas l’un de ceux-là et que je devrais m’en sortir. Il a répondu « d’accord » et ne semble pas avoir vraiment eu de problèmes avec mon état depuis. En un sens, la réaction de mes enfants m’a surprise. Elle m’a toutefois aidée à réaliser que ce qui se passait n’avait pas à être aussi important pour eux que ce l’était pour moi. Nous avions prévu avoir une courte conversation avec nos trois enfants et, comme ce fut le cas, une autre conversation beaucoup plus approfondie avec notre aîné, qui avait presque onze ans. Il était beaucoup plus sensible et a composé avec la réalité d’une manière complètement différente. Je suis donc très heureuse d’avoir eu cette conversation en tête à tête avec lui. Nous avons eu l’une des conversations les plus chargées et j’ai vécu l’un des moments les plus précieux qu’il m’avait été donné d’avoir en tant que mère jusqu’à ce moment-là. C’était donc vraiment important pour moi d’avoir cette conversation avec lui et de pouvoir lui dire qu’il pouvait jouer n’importe quel rôle avec lequel il se sentait à l’aise dans cette démarche. Puis, tout au long de mes traitements, ils ont suivi chacune de mes péripéties. Ils savaient toujours ce qui devait arriver ou ce qui ne devait plus arriver. Ils se sont également adaptés à la réalité du fait que leur mère n’a plus qu’un sein et à ce à quoi cette réalité ressemble. Ça fait maintenant partie de leur vie normale.

Mon nouveau corps

La chose avec laquelle j’ai le plus de difficulté, c’est ma perception de la sexualité, celle d’être une belle personne sensuelle qui n’a plus qu’un sein et qui ressemble à un garçon du côté gauche. Ça prend vraiment beaucoup d’efforts pour apprendre à s’aimer et à aimer son corps, surtout après avoir vécu ce que je considère être une telle boucherie. Les choses se sont améliorées et continueront de s’améliorer; je crois toutefois que les femmes doivent se donner une chance sur ce point. C’est ce que je tente de faire. Il faut vraiment accepter de s’accorder tout le temps nécessaire pour se redécouvrir belle et attrayante. C’est une longue pente à remonter. Je suis persuadée que c’est une réalité très courante, c’est mon cas à tout le moins. Les choses s’améliorent de jour en jour. C’est tout de même vraiment difficile.

Mon mantra

Quelqu’un m’a déjà conseillé de ne pas essayer d’anticiper la douleur. Il y a bien des raisons de se faire du mauvais sang lorsque l’on apprend que l’on a un cancer. On peut se demander ce qui va arriver ou si ce sera douloureux. C’est une pure perte de temps! Personne ne connaît l’avenir. Présentement, tout ce que l’on sait c’est que j’entends le chant des oiseaux et que les enfants jouent dans le jardin, ou quoi que ce soit d’autre qui se produit à ce moment précis. Demain, une météorite pourrait bien s’écraser sur la maison. Vous savez, je n’ai jamais vraiment été obligée d’entrevoir la vie de cette façon-là avant d’avoir un cancer, et je suis vraiment persuadée que c’est une bonne façon d’aborder les réalités de la vie. J’apprécie le moment présent. Tous les jours, quelque chose vient enrichir notre vie, que ce soit une conversation téléphonique enjouée avec une amie ou un succulent repas. Il faut savoir apprécier ces choses lorsqu’elles se présentent, car elles nous donnent de l’énergie. Il m’arrive d’être anxieuse lorsque je subis un examen médical par IRM, ou l’un de ces tests auxquels il faut se prêter, ou lorsque je dois me rendre à un endroit où je ne suis jamais allée et que je dois faire face à des appareils compliqués ou à des situations qui m’apeurent. Dans de telles circonstances, je trouve que ça m’aide beaucoup de ne me concentrer que sur moi. Je suis là où je suis, je vais bien. Je prends alors une grande respiration en me concentrant sur ma respiration et sur le moment présent. Généralement tout va bien. Le mantra du moment présent m’aide donc vraiment lorsque je passe un moment difficile à l’hôpital tout autant que dans ma vie en général pour profiter pleinement de chaque jour qui passe. Il est possible que mon cancer revienne dans six mois et que j’en meure. Je n’en sais rien. Qu’est-ce que ça changerait si je m’inquiétais constamment à y penser? Je me contente donc d’apprécier le fait que je me sens bien aujourd’hui et que je vais avoir un bon repas avec ma famille. Ça me fait du bien, et c’est tout ce que j’ai.

Prises de conscience

Bien des gens qui ont eu un cancer semblent s’éveiller soudainement à une nouvelle réalité ou se convaincre qu’ils doivent adopter de nouvelles habitudes de vie, telles que se départir de toutes les substances toxiques qu’ils ont à la maison, se convertir au végétarisme ou devenir des adaptes du yoga. C’est une réaction qui me rend perplexe parce que je faisais déjà toutes ces choses. Je ne connais donc pas la grande leçon que je devrais tirer de mon expérience, si ce n’est que je ne devrais pas être toujours aussi exigeante envers moi-même. Il suffit de penser que je n’ai pas besoin d’atteindre la perfection, que je n’ai pas besoin de tout faire et que même si je parvenais à tout faire – peu importe ce que ça peut vouloir dire – je ne serais pas à l’abri des hasards de la vie. Il y a donc quelque chose de libérateur dans le fait d’accepter qu’il est impossible de tout contrôler.

Fin de l’entrevue

Last updated: October 31, 2011