Pascal’s testicular cancer journey



“Je ne voyais pas du tout la suite des événements. Je nimaginais pas du tout quest-ce qui allait se passer. C’etait tout un choc. Tout un choc.”

“Jai été diagnostiqué avec un cancer à lâge de 27 ans et c’est revenu un an plus tard dans les lymphes. Mon cancer était le genre testiculaire.”

Related videos

Pascal’s clips can be found in the following themes:

English transcript

Interview transcript: Pascal

Pascal owns his own eyeglass business. He is married with 2 children.

Location: Montreal, QC
Type of cancer: Testicular cancer
Age at diagnosis: 27

He told me I had the disease that everyone dreads—cancer. How was I going to tell my wife? My mother and father? It was a tough one. And I was by myself, alone at the hospital. I was only supposed to go in, take a pill and leave. That’s how I’d pictured it. I never imagined what would come next, what was in store for me. It was a shock, a big shock.

Hi, my name is Pascal Audet. I’m 41 years old, and I live in Montreal. I was diagnosed with testicular cancer at age 27, and it reappeared in my lymph nodes a year later.

The diagnosis

One day, I was playing around with a bicycle. I was 26 years old and hadn’t touched a bike in years. What happened is, I was trying to do a wheelie, you know, being a bit of a show-off, when the seat hit me you-know-where. The pain didn’t go away, even after two or three days. Like most men, I suppose, I didn’t want to admit to being in pain, but I finally gave in to my wife. She had already made an appointment with the doctor, so I had no choice. I had to go. Right away, the doctor seemed a little concerned. He immediately referred me to a specialist at the hospital. When I got there, he was already waiting for me. I did a lot of tests and things, after which they decided that I would have surgery the next day and go through all the necessary steps. Well. As it turns out, it was very serious.

The cancer returns

My son was just over a year old at the time. My daughter was only a month old… a month! She was born on July 14, and I think I was diagnosed on August 14. The next day, I had my surgery. I think it was exactly a month after she was born. It was awful. A year later, it came back, and I had to go through it a second time, when I thought I was in the clear. But no, it came back and the tumour reappeared. It was close to my kidneys, and I had to go through the whole experience all over again. I even had to do chemotherapy this time. Am I afraid to have to go through it again? Not now, but it was hard to get it out of my mind, my head… it haunted me, but I didn’t want it to sit there and fester, so I pushed it out and refused to think about it.

Worry

The truth is, my concern was not myself or my illness, not really. It was focused more on the people around me. My children, my wife, my mother, my father, my sister, my brother, all my friends, my work, my responsibilities—I had to manage all of it, and it was like just before writing an exam, when you’re so nervous, so anxious. But then you sit down in front of the paper and see your name on the page, and the stress disappears. You just start reading the first question and then you go for it. You had to avoid… I didn’t think much about myself. I was mostly thinking… about my children and my parents… Did I want them to lose a son? That would be devastating. I have kids, so I can imagine what it would be like. Would I want my wife to have to go through such a difficult time, because of me? And the children, what did I have to do to make sure I’d be around for them? I had to stay alive for their sake. I focused all of my attention not on myself, but on others.

Work pressure

I never stopped working, even during my chemotherapy. Even when I was at the hospital, I was on the phone. I was there. I had no other source of income, and I wasn’t rich. What does it mean, to be rich, anyway? It’s relative, but let’s just say I couldn’t afford to stay home. Well, that’s not exactly true. But I didn’t have a stable source of income. I had no insurance or… I only had my small office. I was in charge, and no one could take on my tasks. Who would I rely on? Who would stand by me? What insurance company would take me on? It was absurd, unthinkable… difficult. I don’t wish it on anyone.

Losing my hair

One of the more serious side effects that I had to endure was losing my hair. And I knew it was going to happen, the doctor had warned me. So, I went to the hairdresser so that I wouldn’t have bald spots here and there. In the end, I was lucky, very lucky, because my wife’s cousin, my cousin and my brother decided to do the same, to shave it all off, so it became like a fashion trend.

Conversations with my child

I knew that just giving him a chance to talk, even if he didn’t understand any of it, just talking to him about it would be good for both of us… to get it off my chest, for him to know that we were talking about something that fascinated him. I knew he didn’t understand, but it was like practising explaining what I knew, or at least thought I knew, about my disease. So, for me, it was therapeutic, but not so much for him. He was only two, and he didn’t understand any of it. Yes, Daddy is going to lose his hair. It’s because of the cancer, and it’s this and it’s that. But it gave me the chance to express myself and share my experience with him. And a couple of months later, we were all okay.

Fear

The fear is constant. It’s a lot less intense now, since they proved that the cancer is gone. My doctor was funny when he told me, “Well, you’re going to die one day, that’s for sure, but maybe not of cancer.” That made me feel better. I’m going to die, I know that. But not from this. You can be afraid to even cross the street. But you can’t think of it that way. Life goes on. There are so many other things… it seems minor, but even when you know it will eventually happen, the fear can be overwhelming… You can’t let it take hold of your thoughts. You have to think only good thoughts, to stay positive, to… I don’t know. There are so many reasons to be optimistic.

End of transcript

Transcription française

Transcription de l’entrevue: Pascal

Pascal est propriétaire de sa propre entreprise de lunetterie. Il est marié, et il est le père de 2 enfants.

Endroit : Montréal, QC
Type de cancer : cancer des testicules
Âge au moment du diagnostic : 27 ans

Il m’a dit : « Tu as le genre de maladie qui est là, le cancer. » Alors, moi, comment est-ce que j’allais transmettre le message à ma femme? À mon père? À ma mère? C’était tout un… et, j’étais seul. J’étais seul à l’hôpital. J’étais supposé rentrer, prendre une pilule, puis ressortir. Je me voyais comme ça. Je ne voyais pas du tout la suite des événements. Je ne m’imaginais pas du tout ce qui allait se passer. C’était tout un choc. Tout un choc.

Bonjour, mon nom est Pascal. J’ai 41 ans. J’habite ici à Montréal. J’ai été diagnostiqué avec un cancer à l’âge de 27 ans. C’est revenu un an plus tard dans les lymphes. Mon cancer était le genre testiculaire.

Le diagnostic

Dans mon cas, j’étais en train de jouer avec une bicyclette. Au fond, ça faisait si longtemps que je n’avais pas touché à une bicyclette. J’avais 26 ans à ce moment-là. Alors, ce qui est arrivé, c’est que j’ai tout simplement essayé de faire un « wheelie », de faire un peu le « show-off ». Puis, le banc du siège a touché à cet endroit et ça m’a fait un peu mal. Et, le mal ne voulait pas partir, même après deux ou trois jours. C’est là où, comme chaque homme, je suppose, qui renie le fait qu’il devrait avoir mal. J’ai finalement cédé à ce que ma femme avait préétabli pour moi. Elle avait déjà pris le rendez-vous avec le médecin. Je n’avais pas le choix, il fallait que j’aille. C’est à ce moment-là que le docteur était un peu soucieux. Il m’a tout de suite recommandé d’aller voir un autre spécialiste à l’hôpital. Quand je suis allé à l’hôpital, on m’attendait déjà avec tous les tests suivis et les choses. Ils ont tout de suite déterminé que c’était le lendemain matin qu’ils allaient faire mon opération et que je devais faire les suivis et le nécessaire. Bon! Au fond, c’était très sérieux.

Le retour du cancer

Mon fils, il avait à peine un an et quelques mois. Ma fille, elle avait un mois. Un mois! Elle est née le 14 juillet. Et moi, le 14 août, je crois, j’ai été diagnostiqué. Le 15, j’ai eu l’opération. Quelque chose comme [exactement] un mois. C’était terrible. Et, un an plus tard, c’est revenu. Donc, j’ai dû revivre la seconde vague de cette… de ce monstre-là. Un an plus tard, alors que je pensais que j’étais sorti des champs. Mais non! C’était revenu. Et, cette tumeur avait refait surface. Dans mon cas, près de mes reins. Il fallait vivre cette expérience de nouveau. C’est à cette étape-là que j’ai [fait] toute la chimiothérapie et tout.

L’inquiétude

En effet, mon inquiétude ne portait pas surtout sur moi, ou sur ma maladie, au fond. Elle était surtout orientée vers les gens qui étaient autour de moi. Mes enfants, ma femme, ma mère, mon père, ma soeur, mon frère, tout le monde, mon travail, ma responsabilité, vous savez. C’était… Il fallait gérer tout ça. On dirait que c’est comme quand on va faire un examen. On est tellement inquiet. On est tellement nerveux. Mais quand on s’assoit devant la feuille et qu’on commence à lire son nom, tout le stress s’en va. On est porté à regarder la première question et à foncer. Il ne fallait pas… Je n’ai pas eu de problème de penser à moimême. J’étais surtout inquiet pour… De mes enfants, jusqu’à mes parents. Est-ce que je voudrais qu’ils vivent le fait de perdre un fils? Ça fait quelque chose. J’ai un enfant. Je sais c’est quoi. Est-ce que je voudrais que ma femme vive cette étape dure? Avec moi? Sans moi ? Les enfants, que dois-je faire pour rester? Je dois rester là. J’ai porté toute mon attention envers, peut-être pas moi, mais surtout sur les autres.

Préoccupations d’ordre financier

Je n’ai jamais arrêté de travailler. Même pas durant ma période de chimio. Même quand j’étais à l’hôpital, j’étais au téléphone. J’étais là. Je n’avais aucune autre source de revenus. Et, je n’étais pas riche. Donc, c’est quoi être riche? On peut définir cela. Mais,disons que je n’avais pas les moyens de pouvoir me permettre de rester à la maison. Non, ça ce n’est pas vrai. Mais je n’avais pas une source de revenus sécuritaire. Je n’avais pas d’assurance. Je n’avais pas… J’avais tout simplement mon petit bureau. Et puis, j’étais responsable de ce bureau-là. Personne ne pouvait prendre ma tâche. À qui… Sur qui vais-je compter ? Qui va être à mes côtés? Et qui? Quelle assurance va me prendre? C’était absurde. C’était impensable. C’est difficile. Je ne le souhaite à personne.

La perte de mes cheveux

Un des plus graves effets secondaires aussi que j’ai dû survivre est le fait que, bien sûr, comme vous savez, on perd les cheveux. Je m’y attendais. Je savais que ça allait venir. Le médecin m’avait prévenu. Alors, j’ai décidé d’aller voir un coiffeur, au lieu d’avoir des trous partout. Finalement, dans mon cas, j’ai été chanceux, très chanceux. La réaction du cousin de ma femme, de mon cousin, de mon frère, a été de tous y aller ensemble, et d’aller, eux aussi, se faire tondre à zéro. Finalement, c’était la mode.

Conversations avec mon enfant

Je savais que lui donner cette chance de parler, même s’il ne comprend rien. Juste le fait de lui en parler, de parler, c’était un remède autant pour lui que pour moi, de dégager, et de savoir qu’il était en train de jaser de quelque chose qui peut-être l’intriguait. Je savais qu’il ne comprenait pas. Je savais que… mais on dirait que je me [pratiquais] à expliquer ce que je pensais comprendre de cette maladie, de ce cancer. Alors, pour moi, c’était une thérapie. Pas tant pour lui, car il ne comprenait rien, à deux ans. Oui, Papa va perdre ses cheveux. C’est le cancer. C’est ceci. C’est cela. Mais, ça m’a donné une chance de m’exprimer et de lui faire part de cette chose. Et, quelques mois plus tard, tout était correct, pour nous tous.

La peur

La peur est continuelle. Son niveau de degré est beaucoup moindre maintenant, vu que scientifiquement, on me l’a prouvé. Mon médecin était assez humoristique de me l’avouer. Il l’a fait d’une façon assez gentille, je trouve. Il m’a dit : « Tu vas mourir, ça c’est sûr, mais peut-être pas de ça. » Donc, ça m’a soulagé. Je vais mourir. Merci, quelqu’un me l’a dit. Mais pas de ça, donc. On peut avoir autant de peur à traverser la rue. Mais, il ne faut pas y penser non plus. La vie continue. Et, on a tellement d’autres tracas que… on dirait que ça semble minime. Mais, même si on sait que c’est l’ultime. Mais, vous savez, il n’y a pas de limite à la peur, à la… Il ne faut pas la laisser s’implanter dans son esprit. Il faut toujours penser au bon côté des choses. Être optimiste. Il y a plein de raisons d’être optimiste.

Fin de l’entrevue

Dernière mise à jour : 31 octobre 2011